Baadiko Bah : « le troisième mandat n’est rien de moins qu’un coup d’Etat constitutionnel… » .