Soutien à la transition, dialogue, arrestations d’opposants en Guinée : le diplomate américain, Troy Fitrell parle…

Interview
Troy Damian Fitrell, ambassadeur des États-Unis en Guinée
Troy Damian Fitrell, ambassadeur des États-Unis en Guinée

LABÉ-Les États-Unis font partie des partenaires les plus importants de la Guinée. La première puissance mondiale appuie le pays dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya dans divers domaines. Santé, bonne gouvernance, éducation, démocratie…l’assiette de coopération entre Conakry et Washington couvre un large éventail.

En séjour à Labé, Africaguinee.com a pu poser quelques questions au représentant du pays de Joe Biden en Guinée. Du soutien que les USA comptent apporter à la transition en cours en passant par l'épineuse question liée aux droits humains, l’ambassadeur Troy Fitrell parle en diplomate.

AFRICAGUINEE.COM : Bonjour excellence Troy Fitrell ! Vous êtes à votre premier séjour à Labé depuis votre arrivée en Guinée. Quel est l’objet de votre visite ?

TROY DAMIAN FITRELL : Bonjour ! En effet, depuis que j’ai pris fonction en Guinée, c’est ma première fois de visiter Labé. Je trouve que c’est une ville merveilleuse. Je suis très content d’être ici pour visiter les projets que nous finançons, qu’ils soient petits ou grands. C’est l’occasion d’écouter les populations locales. Je pense que la Guinée et ses populations, c’est beaucoup plus à l’intérieur du pays que Conakry

Votre pays appuie la Guinée dans divers domaines. Pourriez-vous nous en dire plus l’impact de ces appuis au niveau des populations ?

Le véritable impact, c’est véritablement dans la santé publique. Dans ce secteur, nous avons une enveloppe de plus de 50 millions de dollars par an que nous injectons pour le développement de santé publique en Guinée. L’économie, l’éducation sont également concernés. Nous soutenons aussi des programmes portés par les communautés locales. Je crois que c’est important comme appui pour le peuple de Guinée, notamment pour ceux qui sont loin de Conakry.

En plus des projets déjà en cours sur le terrain, est-ce qu’on peut s’attendre à l’éclosion et au financement d’autres ?

J’espère oui ! Je suis là pour être en contact avec les populations. Je peux bien développer d’autres idées pour l’avenir notamment dans la société civile avec la transition, les élections mais surtout sur la croissance économique en Moyenne-Guinée.

Récemment vous avez sorti un communiqué exhortant les autorités guinéennes et toute la classe de poursuivre le dialogue. Mais l’impasse est là. Comment désamorcer le blocage ?

La transition a commencé, je suis content que finalement nous avons le processus. C’est vrai, le dialogue est un point, mais nous avons devant nous beaucoup de travail. Les Etats-Unis veulent assister la Guinée dans ce processus. J’encourage tous les guinéens à prendre part dans ce processus pour faire réussir cette transition.

A quel hauteur votre pays compte-t-il accompagner la Guinée en termes de logistique et financier ?

Nous avons un bon programme qui va commencer au mois de Février financé à hauteur de 15 millions de dollars. Il vise à soutenir les ONGs, les communautés locales dans leurs activités dans le cadre de la la transition, spécifiquement soutenir la nouvelle constitution et le fichier électoral. Nous sommes aux côtés du peuple de Guinée.

Monsieur l’ambassadeur ! On assiste à beaucoup d’arrestations au sein de la société civile tandis que d’autres cadres politiques sont également incarcérés d’autres poursuives.  Est- ce une préoccupation pour vous ?

Je peux vous rassurer qu’à chaque conversation avec les représentants du Gouvernement guinéen, la question des droits humains revient. C’est un aspect très important de notre politique.

Propos recueillis par Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel. (+224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 24 janvier 2023 à 10:36