Lola : Regain de tension entre éleveurs et agriculteurs…

Guinée forestière

LOLA-Dans la préfecture de Lola, en Guinée forestière, un conflit latent existe entre éleveurs et agriculteurs. Au moins deux bouviers ont été assassinés en l’espace  d’une semaine en ce début d’année.

Le 15 janvier 2023, Baï Diallo, bouvier de l'éleveur Malick Diallo a été assassiné en plein sommeil à l'aide d'une arme à feu, « calibre 12 », par des inconnus dans le secteur de Dongola, district de Zèzou dans la sous-préfecture de Guéasso. Deux jours après ce crime, c’est-à-dire le mardi 17 janvier 2023 en plein 14h, Yacouba Diané un autre bouvier de l'éleveur Gourou Bory, a aussi été assassiné par arme blanche par des inconnus dans le district de Kany dans la sous-préfecture de Kokota. Ce dernier aussi était en plein sommeil.

Face à ce regain d’insécurité et de tension, le Gouvernement a dépêché deux Ministres la semaine dernière dans cette préfecture. Le ministre l’administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé, et celui de l’élevage et de l’agriculture Mamoudou Nagalen Barry se sont rendus sur le terrain pour tenter de comprendre l’origine de ces meurtres et désamorcer la crise.  Sur les lieux de la tragédie, le ministre de l'agriculture et de l'élevage a annoncé que de nouvelles dispositions seront prises très prochainement pour mettre fin à ces crimes.

« Il y a une loi, elle sera appliquée dans toute sa rigueur donc les semaines qui viennent nous allons renforcer le dispositif à Lola ici pour que les populations affectées puissent porter plainte et pour que les populations puissent connaître leurs droits pour faire de la prévention. Dans les semaines avenir avec Monsieur le gouverneur une équipe sera là pour rester ici pendant un long séjour afin de bien identifier les éleveurs, les aider à s'installer où ils peuvent produire sans affecter la production des agriculteurs », a aussi annoncé Mamoudou Nagnalen Barry.

Pour sa part, le ministre de l’administration territoire et de la décentralisation a invité les citoyens à toujours se référer aux autorités compétentes au lieu de se rendre justice.

« Nous sommes contre que des gens se rendent justice. Que ce soit agriculteurs ou éleveurs, nous les avons passé le message de fermeté.  Quelle que soit la situation, il faut que les gens puissent se référer aux autorités administratives ou judiciaires. Lorsqu'ils sont victimes d'abus de la part des agriculteurs ou vice-versa, que personne ne puisse se donner le plaisir de se rendre justice. La prochaine fois que cela arriverait, ces personnes là auraient à faire avec la loi sans aucun état d'âme.

Aucun guinéen ne peut demander à un autre guinéen de ne pas exercer sa profession sur un mètre carré du territoire national. Également de la même manière que nous sommes tous égaux en droit et en devoir, nous avons aussi l'obligation dans l'exercice de nos professions de respecter les textes de loi, à savoir les textes de loi qui incarnent l'agriculture tout comme de l'élevage », a indiqué Mory Condé avant de fustiger l'attitude de certaines autorités de la place.

« Nous avons aussi constaté la lenteur ou une sorte de laxisme au niveau des autorités à tous les niveaux de la préfecture de Lola quant à la gestion de ces dossiers entre éleveurs et agriculteurs. Et cela reviendra au gouvernement de prendre des décisions fortes afin de pouvoir doter nos localités d'autorités à tous les niveaux qui puissent quand même être là au service des citoyens et non au service d'un groupe de citoyens ou au service exclusif pour se remplir les poches », a ajouté Mory Condé.

Suite à la recrudescence des meurtres des éleveurs dans la préfecture de Lola, un présumé complice des assassinats a été arrêté et emprisonné à la Maison Centrale de N’zérékoré par les autorités au mois de décembre 2022. Il s’agit de Cécé Joseph Théa, un citoyen de Lola et membre de l'association Konon Lony. Selon nos informations Cécé Théa a été arrêté dans la capitale Conakry avant d'être transféré à N’zérékoré où il est incarcéré.

« Il a été arrêté manu-militari au quartier Simanbossia, dans la commune de Ratoma le 12 décembre dernier. De là, il a été conduit ou commissariat urbain d'Enco5 avant de se retrouver à la DPJ (direction centrale de la police judiciaire). Après trois (3) jours, il a été déféré à Nzérékoré où il séjourne actuellement à la maison centrale. On lui reprocherait d'avoir diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux », nous a confié un proche de Cécé Théa.

Interrogé sur le sujet, le procureur près le tribunal de première instance de N’zérékoré a donné quelques précisions sur cette affaire. Selon Abdoulaye Komah ce présumé complice de ces meurtres a été arrêté suite à une vidéo qu’il a posté sur les réseaux sociaux où il menaçait les éleveurs qui s’étaient installés à Lola.

« Il est reproché à Cécé Théa de ‘’menaces, atteinte à l'ordre public à travers des réseaux sociaux’’. Sur la loi, ce sont les dispositions sur la cybersécurité qui sont visées. Les choses se sont passés au début du mois de décembre. Cécé Théa à travers les réseaux sociaux avait mis une vidéo dans laquelle il menaçait les éleveurs de Lola, en disant le 15 décembre qu'il va venir à Lola et qu'ils allaient abattre tous les bœufs des éleveurs maliens. Il est allé très loin en accusant les sages de Lola d'être complices de l'installation de ces éleveurs maliens. À travers ce réseau, on a essayé de le localiser à partir de Conakry à la direction centrale de la police judiciaire. Ils l'ont arrêté, j'ai fait la réquisition on la envoyé ici.

Arrivée à Nzérékoré, la brigade de recherche a mené des enquêtes. Il se trouve qu'il y avait un certain complice vers Lola du nom de Doré qui a été arrêté aussi. Les enquêtes ont commencé à la gendarmerie après le dossier est venu à mon parquet au tribunal de première instance. Ayant pris les avocats, ceux-ci ont dit qu'il y'a une question de compétence. Donc le tribunal de Nzérékoré n'est pas compétent pour inscrire cette affaire, nous voulons que le dossier soit à Lola », a expliqué le procureur de la République près le tribunal de première instance de Nzérékoré. 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A N’zérékoré.

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mardi 24 janvier 2023 à 1:55

TAGS