Morissanda tranche : "Il n’y a pas de colloque organisé par le Gouvernement en France…"

Guinée
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères

CONAKRY-Le Gouvernement guinéen a clarifié sa position ce samedi 21 janvier 2023 sur le colloque sur la transition, prévu au Sénat français à Paris. Le chef de la diplomatie guinéenne, Dr Morissanda Kouyaté, a précisé que Conakry n’est pas associé à cet évènement.

« Il n’y a pas de colloque organisé ni par le Gouvernement, ni pour le gouvernement, ni au nom du Gouvernement guinéen. Ça doit être clair. Cependant, il y a des guinéens qui ont écrit au président de la transition pour dire qu’ils organiseront un colloque en France sur la lutte contre la corruption. Nous avons répondu au nom du chef de l’Etat pour dire qu’il prend acte de la tenue de ce colloque, tout en prenant le soin de préciser que ce n’est pas un colloque fait par le Gouvernement guinéen.

Certains (allusion faite aux anciens premiers ministres Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, ndlr) disent qu’ils ont été invités, ils ont décliné l’invitation parce qu’ils ne veulent pas dialoguer avec le Gouvernement. Il y a un amalgame qu’il faut lever : il n’y a pas de colloque organisé par le Gouvernement ou en son nom. Le colloque se tiendra au Sénat. Les choses doivent être très claires : les relations avec la France et la Guinée se font de façon diplomatique. Cela doit être su de tout le monde », a tranché Dr Morissanda Kouyaté.

Délocalisation du dialogue…

Réunis en sommet à Abuja le 04 décembre dernier, les chefs d’Etat de la Cedeao avaient invité les autorités de la transition guinéenne à organiser un dialogue inclusif, quitte à ce que celui-ci soit délocalisé dans un Etat de la sous-région. Le président en exercice de la Cedeao Umaro Sissoco Embalo a entamé des consultations dans ce sens en fin d’année. Ce samedi 21 janvier 2023, Dr Morissanda Kouyaté a tranché. Il est hors de question de délocaliser un dialogue.

« Notre position sur la délocalisation du dialogue reste la même. On ne peut délocaliser des pourparlers, des discussions dans un pays que lorsqu’une partie du territoire est occupée et que les parties ne se parlent pas. La Guinée n’est pas coupée en deux, les citoyens vaquent à leurs occupations. Un gouvernement qui dit qu’on ne délocalise pas un dialogue que le chef de l’Etat veut de tous ses vœux, ce n’est pas ce gouvernement qui ira organiser un colloque à l’extérieur », a-t-il martelé, s'exprimant sur les ondes de la télévision nationale "RTG".

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Samedi 21 janvier 2023 à 23:33