Dadis sur la ligne de crète : Le procureur promet d’exhiber une preuve qui pourrait "noyer" l’ex chef de la junte

Procès sur le massacre du 28 septembre 2009
Moussa Dadis Camara
Moussa Dadis Camara

CONAKRY-Moussa Dadis Camara se trouve dans une position très inconfortable dans le procès en cours sur le massacre du 28 septembre 2009. Depuis les révélations faites par maître Paul Yomba Kourouma sur sa présence supposée au Marocana et l’existence d’une issue de secours secrète dans sa résidence au camp Alpha Yaya Diallo, l’ex chef de la junte ne se sent plus serein. L’avocat de Toumba Diakité avait déjà promis de « l’achever » après que son confrère maître Lancinet Sylla l’ait agonisé.

A voir l’attitude de l’ex chef de la junte à la barre, on serait tenté de dire que la défense de Toumba est sur le point de réussir son pari. L’accusé multiplie les contradictions dans ses déclarations et s’emporte même quelquefois lorsque des questions gênantes lui sont posées. Sa réaction face à une question relative aux avantages qu’ils percevait d’Alpha Condé, qu’il a présenté comme l’un des comploteurs contre lui, en est une illustration. Il surfe même sur des théories divines pour prouver son innocence. Des signes qui cachent à peine un manque de sérénité.

Pour beaucoup, la stratégie de défense de Dadis Camara est en train de s’écrouler. La théorie de complot qu’il a développé à la barre, en indexant Sékouba Konaté, Alpha Condé et Toumba Diakité a été attaquée à tout bout de champ par le ministère public ainsi que les avocats de la partie civile et ceux de certains de ses coaccusés.

Le procureur Alghassimou Diallo, chef du ministère public a promis d’apporter des preuves qui pourraient le « noyer ». La sortie supposée du capitaine Dadis Camara le 28 septembre 2009 à bord d’un véhicule de marque IZUZU Trooper. L’empereur des poursuites insinue que ce véhicule était garé dans un parking jouxtant l’issue de secours de la résidence qu’occupait Dadis. Si cela est étayé, M. Camara pourrait passer du statut de complice à celui d’acteur.

« Le moment venu, nous allons étayer ici tout ce que nous avons dit ici par les preuves qui sous-tend nos déclarations. Nous ne mettrons pas la charrue avant les bœufs », a promis le procureur. Extraits.

Procureur Alghassimou Diallo : Le 28 septembre, est-ce que vous avez emprunté un véhicule de marque IZUZU Trooper pour une destination quelconque ?

L’accusé Moussa Dadis Camara : Je le dis et je le réitère que je n’ai vu aucun modèle de véhicule dont vous faites allusion. Le seul véhicule que je voulais emprunter d’ailleurs c’était mon véhicule de commandement. Lorsque je n’ai pas pu y accéder, compte tenu de tout ce que les militaires autour de moi avaient fait pour m’en dissuader, je suis rentré au bureau. Donc, je n’ai vu aucun véhicule IZUZU Trooper.

L’issue de secours dont on parle dans le bâtiment que vous occupiez (la résidence présidentielle) est-ce qu’il n’y a pas une place (parking) réservée à un ou des véhicules là-bas ?

La cour était grande, il y avait des oiseaux de race qui étaient dans cette cour, je les entretenais

Ce modèle de véhicule n’était-il pas garé là-bas M. Camara ?

Je n’avais pas un véhicule que je garais dans cette cour. J’avais des oiseaux de race que j’élevais. Si j’avais besoin de véhicule, ils étaient là où il y avait mon véhicule de commandement et même les pick-up.

Est-ce pour dire que le 28 septembre 2009 vous n’êtes pas sortis du camp Alpha Yaya Diallo ?

Oui, je le confirme

Personne ne vous a vu du côté du Pont de Madina ?

Personne ne m’a vu là-bas !

Personne ne vous a vu vers le siège de la mairie de Dixinn ?

Personne ! Pour renchérir et rafraichir votre mémoire, à cette époque, je ne pouvais pas passer inaperçu. Donc, toute analyse dans ce sens ne serait que des imaginations pour trouver une porte d’entrée. Parce qu’à la date d’aujourd’hui, aucune preuve depuis que je suis là, n’a été présentée ici.

C’est effectif que si vous prenez votre véhicule de commandement vous ne passerez pas inaperçu, mais si vous décidez de prendre un véhicule assez banalisé il sera difficile de vous reconnaitre…

Je ne suis pas cet homme. Je sais ce que c’est qu’un croyant. Si au-delà de tout ce que j’ai dit, cela ne vous convainc pas, je n’ai peur que de Dieu unique.

Le moment venu, nous allons étayer ici tout ce que nous avons dit ici par les preuves qui sous-tend nos déclarations. Nous ne mettrons pas la charrue avant les bœufs. Donc, pour le moment nous en avons fini, le reste nous le développerons dans nos réquisitions.

A suivre…

Focus Africaguinee.com

Créé le Samedi 21 janvier 2023 à 12:51