Crimes commis sous le régime d’Alpha Condé : "Plus de 260 victimes sont recensées à Ratoma…" précise maître Thierno Souleymane Baldé

Interview
Maître Thierno Souleymane Baldé
Maître Thierno Souleymane Baldé

CONAKRY-Depuis plusieurs années, Maître Thierno Souleymane Baldé se bat aux côtés des victimes des exactions commises sous le régime d’Alpha Condé, dans leur quête de justice. Ce vendredi 20 janvier 2023, l’avocat a assisté certaines familles lors de leurs premières auditions devant les officiers de police judiciaire, dans l’enceinte du palais de justice de la Cour d’Appel de Conakry. Comment ces interrogatoires se sont-ils déroulés ?

L’avocat des familles a donné des précisions importantes sur la première audition qui s’est étendue de 11h à 16h. En tout, cinq familles ont été auditionnées. Me Thierno Souleymane Baldé met en garde certaines personnes qui selon lui sont en train d’arnaquer des familles de victimes.

AFRICAGUINEE.COM : La justice guinéenne a débuté ce vendredi 20 janvier 2023 l’audition des victimes sous le régime d’Alpha Condé. Parlez-nous de cette procédure…

MAÎTRE THIERNO SOULEYMANE BALDÉ : Effectivement, nous avons eu ce vendredi la première séance d’audition des familles des victimes. Je précise que rien que dans la Commune de Ratoma, nous avons une liste de plus de 260 parents de victimes recensées. Ce n’est pas seulement les crimes de sang, il y a aussi ceux qui sont victimes de coups et blessures, destruction de biens privés, menaces et autres…

Donc, aujourd'hui, il y a un groupe de personnes qui a été auditionné par des officiers de la police judiciaire au Tribunal de Première Instance de Dixinn délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry. Chaque vendredi, on aura un groupe de personnes, parce qu’au niveau logistique, il n’y a pas suffisamment d’ordinateurs qui peuvent permettre d’avoir plusieurs équipes d’officiers de la police judiciaire pour les entendre en même temps.

Donc, il est convenu que chaque vendredi et éventuellement les jeudis dans la mesure du possible, on va programmer des séances d’auditions avec des parents de victimes. Ainsi, à la fin des auditions des victimes et des parents des victimes, nous allons également entamer l’audition des témoins.

Après cette phase d’enquête préliminaire, quelle va être la suite de cette procédure ?

Lorsque l’enquête préliminaire sera bouclée, les officiers de police judiciaire vont transmettre le dossier au doyen des juges d’instruction du Tribunal de Première Instance de Dixinn. Et là, il y aura une nouvelle étape qui va commencer. Elle consistera à entendre les personnes qui seraient éventuellement coupables, de délit ou de crime. Elles seront auditionnées afin de terminer s’il y a des éléments de preuves suffisants pour pouvoir les inculper et éventuellement les traduire en justice.

Aujourd’hui, ce n’est que le début. Le chemin sera long, mais j’ai la conviction que quel que soit les difficultés, au bout du compte, nous allons y arriver puisque nous n’allons pas abandonner. Il y a eu beaucoup d’obstacles avant qu’on en arrive à ce stade. Nous allons continuer le combat afin que les familles des victimes puissent obtenir justice. 

Il y a un certain Boubacar Korbonya Baldé qui prétend être ‘’président de l’association des victimes des crimes de sang sous Alpha Condé’’ qui est sorti aujourd’hui pour affirmer que la majorité des victimes n’est pas informée de ces auditions. Que répondez-vous ?

Toutes les personnes qui sont victimes depuis 2011, j’essaie de les assister. Je dépose systématiquement les plaintes devant les différentes juridictions. Je fais la demande des autopsies, j’accompagne les familles des victimes jusqu’à l’enterrement et au-delà, j’essaie de rencontrer à la fois les différents parquets, les officiers de police judiciaire et certaines autorités à certain niveau afin que les enquêtes puissent aboutir. Je ne vais pas m’attarder sur des questions qui n’ont aucune importance.

Toutes les victimes du régime d’Alpha Condé sont concernées. Les gens qui veulent être assistés viennent librement. Ceux-là que j’aide, ce sont ces gens-là qui m’ont commis pour pouvoir les aider. Je suis un avocat, je sais qu’il y a d’autres personnes qui malheureusement, depuis longtemps, sont en train d’arnaquer les familles des victimes.

Il y a certains de nos concitoyens qui cotisent de l’argent à l’extérieur pour envoyer afin d’aider les victimes. Des personnes qui prétendent pouvoir les aider prennent ces fonds mais qui ne donnent aucun centime aux familles des victimes. Toutes les personnes concernées sont là, vous pouvez les interroger et savoir exactement depuis l’assassinat de leurs enfants est-ce qu’ils ont reçu des aides ou pas, ils vous le diront.

Ceux qui sont en train d’arnaquer les familles des victimes seront tôt ou tard traduits devant la justice puisqu’ils ne peuvent pas continuer à arnaquer les familles des victimes indéfiniment et prétendre avoir un statut qu’ils n’ont pas.

Votre assistance à ces familles des victimes est-elle gratuite ?

Depuis que j’ai commencé à assister les familles des victimes jusqu’à ce stade, je n’ai reçu aucun centime. Les familles et certaines victimes sont là, je débourse même de l’agent de ma poche pour assister certaines familles de victimes. On a certaines réunions qui sont organisées à mon bureau et même à ce niveau il y a beaucoup des familles de victimes qui ont des difficultés à payer les frais de transport. Puisque malheureusement, il y a beaucoup d’entre eux qui avaient des enfants qui faisaient soit taxi-moto, soit la mécanique, d’autres étaient chauffeurs, soudeurs ou qui faisaient le petit commence, qui assistaient financièrement leurs parents. Et maintenant qu’ils ont été assassinés, ils n’ont aucun soutien financier derrière.

Donc, c’est une situation qui est assez pénible et assez difficile pour eux. C’est la raison pour laquelle que je tiens absolument à ce que ces enquêtes puissent aboutir et que les familles des victimes puissent avoir un soutien derrière afin de pouvoir survivre.

Quel message avez-vous à lancer aux citoyens qui envoient de l’argent pour soutenir les familles des victimes ?

Je leur demande de vérifier à qui ces fonds ont été remis et est-ce que les familles des victimes ont effectivement reçu l’argent. C’est hyper important puisqu’ils économisent et envoient des fonds ici pour aider les familles des victimes. Donc, il ne faudrait pas que d’autres personnes puissent en profiter au détriment des véritables destinataires. Sous peu, nous allons mettre en place une association avec les parents des victimes. Toute la procédure se passera dans la transparence la plus absolue. Aucune personne ne peut prétendre être membre d’une association de victimes alors qu’elle-même n’a jamais été victime, ce n’est pas possible.

Est-ce que vous avez une idée sur le fonds qui a été déboursé depuis l’extérieur du pays pour soutenir les familles des victimes ?

Je me rappelle une fois lorsque j’étais en France précisément à Lille, j’avais eu à rencontrer nos compatriotes qui vivent sur place. Ils m’avaient félicité par rapport au travail que je suis en train de faire ici. Ils m’avaient affirmé que de leur côté ils avaient cotisé pour aider les familles des victimes et qu’ils avaient pu réunir 20.000 euros et qu’ils allaient transférer cet argent à Conakry pour remettre aux familles des victimes.

Mais jusqu’à date, on ne m’a jamais annoncé ou informé qu’un centime a été réuni à quiconque ici pour remettre aux familles des victimes. Il y a eu beaucoup d’arnaques même au niveau du dossier concernant les familles des victimes. Peut-être que vous avez entendu parler des certificats de décès, des rapports d’autopsies, je sais qu’il y a beaucoup de gens qui utilisent ces documents pour d’autres fins.

Moi qui suis assermenté, jusqu’à maintenant, je n’ai pas reçu les rapports d’autopsie. Nous allons veiller à ce qu’on puisse les avoir puisque c’est important pour nous au niveau de la suite de la procédure. Mais je sais qu’il y a des gens qui essaient d’avoir ces documents afin de les utiliser pour d’autres fins. Ce qui n’est pas normal. A ce stade, mon souci principal c’est comment arriver à aider les familles des victimes à obtenir justice. 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le Samedi 21 janvier 2023 à 11:45