Conakry sous l’ère du CNRD : La capitale change de visage…

Reportage
L'autoroute le Prince illuminée par des lampadaires publics
L'autoroute le Prince illuminée par des lampadaires publics

CONAKRY- Nous sommes au quartier Bambéto, commune de Ratoma, et il est 21h ce jeudi 19 janvier 2023 lorsque notre équipe arrive au grand chantier de construction d’un échangeur au niveau de ce très célèbre rond-point. Des ingénieurs et ouvriers y travaillent jour et nuit. La construction de cet échangeur fait partie des grands chantiers de la transition.

Depuis son arrivée au pouvoir, le Colonel Mamadi Doumbouya a engagé plusieurs chantiers de grande envergure, aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays. De nombreux projets qui étaient en souffrance sous le défunt régime ont été relancés, d’autres ont encore été engagés. Sur le terrain, l’on constate des résultats palpables.

A Conakry, les grands axes routiers changent progressivement de visage et brillent de mille feu la nuit. La capitale change d’apparence peu à peu. Les principales voiries de Kaloum et de plusieurs autres quartiers de Conakry sont désormais praticables. Aux travaux de bitumage s’ajoute un vaste programme d’électrification des voiries urbaines qui offre une image attrayante à la capitale guinéenne qualifiée dans les années d’antan comme l’une des villes les plus sombres d’Afrique. Peu à peu cette triste réputation est en train de fondre comme une boule de neige sous un soleil de midi. Conakry sort de cette laideur et les perspectives qui s’annoncent sont bonnes.

L’installation des lampadaires le long des autoroutes « le Prince » et « Fidèle Castro », par exemple réjouit à plus d’un titre les citoyens que nous avons interrogés dans ce reportage. En plus de la beauté esthétique, l’illumination des routes offre plus de sécurité aux citoyens dans les quartiers.

Bangaly Koumoura dispose d’un petit conteneur au rond-point de la Tannerie, dans la commune de Matoto. Rencontré devant son lieu de vente qui est désormais illuminé par un lampadaire public, ce citoyen exprime ses sentiments de satisfaction.

Sécurité des boutiques

"Vraiment, c'est un ouf de soulagement pour nous de voir l'installation de ces lampadaires. Avant, nos conteneurs, nos boutiques, les échoppes, situés le long de la route étaient souvent cambriolées. Mais depuis l’installation de ces lampadaires, nos boutiques sont en sécurité. Nous disons merci au Colonel Mamadi Doumbouya et à son Gouvernement. Ils sont en train de faire un travail formidable dans tous les domaines", témoigne ce vendeur.

J’économise mieux…

Fatoumata Binta Sow vend des articles la nuit. Trouvée à sa place, elle abonde dans le même sens.

" Franchement, nous sommes très contentes de l'installation de ces lampadaires. Avant leur installation pour traverser la route, c'était très difficile pendant la nuit. Alors que moi, je vends la nuit. Avant je dépensais chaque jours 10.000 francs guinéens pour acheter des batteries pour alimenter ma lampe afin que les clients voient ce que je vends ici. Mais depuis l'installation de ce lampadaire c’est devenu un loin souvenir pour nous. Je garde ces 10.000 Gnf que je dépensais en économie. Je suis soulagée", a-t-elle confiée.  

Je peux même éteindre mes phares et circuler

Mamadou Oury Diallo est un conducteur de taxi. Il ne cache pas son soulagement. " J'avoue qu'avant qu'ils ne mettent ces lampadaires, nous les chauffeurs on circulait la nuit avec beaucoup de difficultés. Surtout si les phares de nos véhicules ne donnent pas bien. Mais maintenant là, si nous voulons, on peut même éteindre les phares et rouler sans problème. C’est vraiment un acte positif qu’il faut apprécier et encourager", soupire ce chauffeur.

Ravi par ces premiers actes posés par les autorités de la transition, Kabassan Keïta les encourage à encore aller plus loin en électrifiant tous les transversales.

Protéger les lampadaires

"Nous saluons ce qui a été fait et nous demandons au gouvernement d'installer ces lampadaires sur les routes transversales. Les autorités font de leur mieux, nous les citoyens on doit se donner les mains pour protéger ces lampadaires parce que c’est pour le bien tous », a lancé M. Keita.

Un reportage de Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 20 janvier 2023 à 14:02