Le système du parti-État : ce mal qui continue de ronger notre société

Guinée
Aliou Bah, leader du Model
Aliou Bah, leader du Model

En Guinée, l'histoire des partis politiques au pouvoir nous enseigne qu'en réalité ils n'existent que par le fait des moyens publics. Ce système ayant son origine sous l'ère du premier régime avec le parti-État, reste si encré et rodé que toute personne qui accède au pouvoir, qui qu'elle soit et quelle que soit la manière, a la possibilité de se fabriquer un semblant de soutien et de popularité à travers l'administration, les avantages et les faibles esprits.

Cela est davantage facilité par le fait que la plupart des gens n'ont que la conviction de leurs intérêts particuliers. Sinon malgré les scores soviétiques avec lesquels ils prétendaient gagner les élections, comment comprendre que le PDG-RDA et le PUP, après un total d'un demi-siècle (50 ans) de règne absolu, ne soient plus capables d'animer même leurs sièges politiques à plus forte raison élire des dirigeants ? Le RPG qui a suivi les mêmes traces, pouvait-il échapper au même sort ?

En fait c'est ce qui rend la compétition électorale déséquilibrée et viciée dès lors que le parti au pouvoir se sert des moyens de l'État pour écraser toute adversité politique et contradiction d'idées. Cela se traduit par le fait que la banque centrale soit la caisse du parti; les gouverneurs, préfets et sous préfets deviennent des responsables de fédérations, sections et sous sections; les fonctionnaires des militants automatiques; les medias publics des instruments de propagande etc.

Malheureusement cette situation transforme l'État comme un bien privé dont les propriétaires sont ceux qui en tirent profit. Les autres ne peuvent être que des victimes résignées ou résistantes. D'où la hargne des profiteurs, directs et indirects, vis-à-vis de toutes critiques à l'endroit des dirigeants et institutions dites publiques.

Aliou BAH

Président du MoDeL

 

Créé le Mercredi 18 janvier 2023 à 19:49