Alerte santé-Labé : Grave crise d’insuline, la vie des diabétiques en danger…

Guinée
Image d’illustration
Image d’illustration

LABE-La préfecture de Labé fait face à une grave crise d’intrants pour le traitement des malades du diabète, une pathologie chronique caractérisée par la présence d'un excès de sucre dans le sang. La rupture est enregistrée depuis quelques semaines dans les officines de la préfecture de Labé. Les patients dépendant de l’insuline vivent dans la psychose. Ils risquent de perdre leur vie. La situation préoccupe les médecins qui sont confrontés à d’énormes difficultés pour assurer le suivi et le traitement des diabétiques sous traitement.

« Là où je vous parle, il n’y’a pas un vendeur d'insuline dans la pharmacie. Au Marché, c’est interdit. Donc nous qui sommes dépendant de l’insuline, on a un problème très sérieux. Personne ne peut se traiter. Nous qui sommes dépendants de l’insuline, il faut qu’on s’injecte le matin avant de déjeuner et le soir au coucher. Sans quoi tu peux te coucher sain, en pleine nuit le diabète monte et dès que le diabète monte tu es parti.

C’est le seul remède qu’on a aujourd’hui. Dans les pharmacies des hôpitaux, il n'y en a pas, j’ai commissionné mon enfant se trouvant à Conakry, depuis trois jours il cherche le produit sans gain de cause. Si le gouvernement veut nous aider, nous les malades atteints du diabète, ils n’ont qu’à nous aider à avoir de l’insuline sur le marché sans quoi on va mourir ici à petit feu », avertit Mamadou Bhoye Baldé, très inuquiet.

Docteur Mamadian Diallo du service de la diabétologie de l’hôpital régional de Labé avoue qu’il est confronté à des difficultés dans le suivi des patients diabétiques à cause de la rupture. Or, prévient-il, les personnes sous traitement doivent prendre l’insuline quotidiennement.

« Il y a des patients qui doivent être systématiquement sous insuline. Quand y’a une rupture, ça crée des complications à leur niveau. Ce sont des patients qui vivent avec une maladie chronique qui nécessite un suivi régulier pour prévenir des complications. Si cela manque, c’est des problèmes (…). Les personnes insulino-dépendantes ne doivent pas rester sans insuline. Elles  doivent prendre l’insuline régulièrement tous les jours. A cause des ruptures, il y a des complications. C’est des difficultés pour nous. On n’aime pas suivre un patient et le voir dans des complications », se plaint le médecin.

Face à cette crise d’insuline, le Dr Diallo explique l’alternative utilisée pour soulager les personnes sous traitement. « S’il n'y a pas d’Insuline chez les adultes, il y’a d’autres médicaments qui peuvent jouer le même rôle que ces insulines là, mais ils ne seront pas équilibrés comme si c’est l’insuline. Donc, on est en train de prescrire ce médicament. Heureusement que ce produit se trouve dans les différentes pharmacies (pour le moment)» indique Dr Mamadian Diallo

Cette rupture d’insuline a commencé à se ressentir à Labé depuis la fermeture des pharmacies parallèles. Si elle perdure, elle risque de coûter la vie à de nombreux patients qui sont sous traitement.

Nous y reviendrons !

Thierno Oumar Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 07 janvier 2023 à 10:48