Exclusif : Les règles pourraient changer pour les voyageurs entrants en Guinée...dès janvier

Santé
Des voyageurs à l'aéroport de Conakry
Des voyageurs à l'aéroport de Conakry

CONAKRY- « En l’absence d’informations complètes sur le nouveau coronavirus venant de Chine, il est compréhensif que des pays prennent les mesures dont ils pensent qu’elles protégeront leurs populations », a twitté ce vendredi 30 décembre 2022, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) exhorté Pékin à communiquer davantage sur l’état de la pandémie dans le pays.

Cette alerte du chef de l’agence de l’ONU en charge des question Santé est prise très au sérieux. Un peu partout à travers le monde, la résurgence de Covid-19 commence à inquiéter. Certains pays, comme les États-Unis, l’Italie, la France, le Japon ont décidé d’imposer des tests négatifs aux voyageurs en provenance de Chine, berceau de la pandémie qui a fait 1.91 millions de morts dans le monde. En Guinée, l'agence en charge de la lutte contre les épidémies a annoncé de fortes mesures en vue de faire face à la la nouvelle donne.

« Depuis la notification du premier cas de Covid-19, en mars 2020, le ministère de la santé à travers l'Agence nationale de sécurité sanitaire, s'est mis à pied d'œuvre pour le contrôle rapide de la maladie dans le pays, et cela passait nécessairement et continue même de passer par un contrôle ou une veille au niveau sous-régional mais aussi international. L'une des leçons qu'on a tirée des deux années passées de cette épidémie, est que, quand il y a résurgence dans un pays limitrophe ou dans un pays lointain avec le trafic international, il y a de fortes possibilités que le cas arrive chez vous, malgré toutes les surveillances des frontières. En ce qui concerne les mesures, il y a les directives en vigueur qui ont été rédigées il y a, à peu près trois mois », a expliqué Jean Traoré, chargé de communication et des médias à l'ANSS.

Déjà frappée par Ebola, Lassa et le COVID-19, la Guinée est réputée avoir de fortes expériences dans la gestion et la lutte contre les épidémies. Selon les statistiques, la maladie de Covid-19 a tué 466 personnes en Guinée sur un peu plus de 38.000 cas.

Elle se repositionne pour contrecarrer les risques d’importation de nouveaux cas, à en croire l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS). Plus spécifiquement, dans ses stratégies de prévention, l'agence en charge de la lutte contre les épidémies en Guinée entend renforcer les surveillances au niveau des différentes entrées dans le pays.

«En ce qui concerne l'entrée en Guinée, pour les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées, c'est-à-dire, qui n'ont pris qu'une seule dose, il faut nécessairement présenter un test PCR datant de moins de 72 heures pour entrer en Guinée. Et ce qui est vivement conseillé, c'est que, toutes les personnes qui rentrent en Guinée, doivent avoir leurs deux doses », a ajouté le responsable de communication à l'Agence nationale de sécurité sanitaire.

Le gouvernement guinéen et ses partenaires ont aussi mobilisé d'innombrables doses pour secourir les citoyens. C'est dans ce cadre d'ailleurs que plusieurs séances de vaccination ont été organisées dans tout le pays. A Conakry par exemple, une campagne de vaccination en faveur des personnes les plus vulnérables ou qui vivent avec des comorbidités dans les cinq communes, a été organisée récemment. Outre cet exercice, une autre campagne pour les enfants de plus de 12 ans, a été opérée afin de prévenir également les éventuelles contaminations dans les structures scolaires et familiales. Dans les différentes villes de l'intérieur, des campagnes de sensibilisation ont été menées, en vue de ravitailler et de rapprocher des zones qui sont loin des points de vaccination.

« Pour le moment, nous avons assez de vaccins disponibles pour pouvoir vacciner les populations, parce qu'à date, la couverture vaccinale complète contre la Covid-19 est de 44,7%, chez les sujets âgés de 12 ans et plus, et de 27,9% de la population générale. Les personnes qui ont reçu une seule dose sont le taux, dans la population générale de 44,7%; les personnes qui ont été vaccinées totalement sont de 27,9% dans la population générale. Au regard de cela, on ne peut pas dire qu'on ne peut pas faire face à une autre vague, ce serait un peu prétentieux...

Tout de même, nous continuons à mener des activités avant que cela advienne. Pour que même si cela advenait, que les gens soient suffisamment immunisés et que les formes graves ne fatiguent pas. Par exemple les personnes les plus vulnérables. Et au regard de la situation notamment en Chine et un peu en Europe où il y a des cas qui se multiplient, nous allons revoir les directives que nous avons publiées il y a trois mois. Elles rentreront en vigueur certainement au mois de janvier », a déclaré Jean Traoré.

Les directives dont il s'agit sont basées sur des constats. Il se trouve par endroit que l'indice de positivité est passé de 2,6% à la semaine 18 à 1,8% à la semaine 51 de l'année 2022. Ensuite, un constat a été fait, relatif à une baisse du taux d'occupation des lits dans les centres des traitements des épidémies, passant de 10% à la semaine 18, à 0,11% à la semaine 51 de 2022. 

« Aussi nous avons vu que la hausse des décès est passé de 7 cas au cours des dix dernières semaines de 2021 à 12 cas pour la même période en 2022. Ce qui a été recommandé et qui reste toujours d'actualité, c'est que le port de la bavette (masque), n'est pas exigé pour des personnes complètement vaccinées, mais c'est exigé ou recommandé pour les gens qui participent au regroupement surtout dans des espaces qui sont fermés. Mais c'est aussi recommandé pour les agents de santé lorsqu'ils sont dans leurs structures. C'est recommandé pour les visiteurs des personnes malades lorsque ces gens-là se trouvent dans l'enceinte. On recommande aussi à ce que le maximum de regroupement soit fait dans les espaces qui sont libres », a souligné l'agent à l'Anss.

Il faut noter qu'un test RTPCR pour les voyageurs se rendant hors du pays se fait selon les dispositions e vigueur dans les pays de destination. Bref, toutes ces règles en Guinée vont être réactualisées très bientôt, annoncé Jean Traoré.

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 31 décembre 2022 à 16:50

TAGS