Guinée : Lauriane Doumbouya a son "premier" homonyme...

Conakry
Laurianne Doumbouya
Laurianne Doumbouya

LOLA-Dans la préfecture de Lola, en Guinée forestière, un jeune couple vient de donner le nom de leur premier enfant à la Première dame de Guinée, Lauriane Doumbouya.

Laurianne Gbamou, c’est le nom de la fille aînée de Cécé, jeune étudiant âgé de 24 ans et de de Charlotte Maomou. Le jeune couple a décidé de donner le nom de leur premier enfant à l'épouse du colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne en guise de reconnaissance. 

Selon le père de l'enfant, lorsqu’il étudiait à Conakry, il a été persécuté par son oncle qui était son tuteur. A l'en croire, après les cours, il vendait des œufs pour son oncle, une activité qui lui permettait de gagner un peu d'argent. Selon lui, la femme de son oncle qui était aux affaires en ce moment, aurait comploté contre lui. Il a été jeté en prison à la maison centrale où il est resté pendant un an. Il n’a eu son salut qu’après l’arrivée au pouvoir du colonel Mamadi Doumbouya. Il revient sur sa mésaventure

"J'étais avec mon oncle à Conakry avec qui je vendais des œufs après mes cours de comptabilité à l'école professionnelle ENSAC. Je gagnais un petit bénéfice que je gardais. Je restituais le prix de vente. Nous avons duré dans cette activité. Un jour, nous étions en composition. La femme de mon tuteur a donc essayé de sortir ce jour pour procéder à la vente des œufs. Ce jour elle est parvenue à vendre 1000 casiers. Elle a gagné un bénéfice de 7.000.000 Gnf. Elle s’est dite que je gagne beaucoup d’argent dans la vente des œufs.

C'est ainsi qu'elle a donc informé son mari en lui disant de me demander de rendre l’intérêt que je gagne. Quand mon oncle m'a dit cela, je leur ai dit que le prix de vente leur revenait mais l'intérêt, c'est pour moi. Ils me donnaient le prix du casier d'œufs en raison de 28.000 Gnf. Je revendais le casier en 32.000 et 35.000 Gnf. Ce qui fait que quand je prenais 1000 casiers, je pouvais me retrouver avec 6.000.000 Gnf comme bénéfice.

Comme j’ai refusé d’obtempérer à leur demande, elle a fait venir des gendarmes qui m'ont arrêté et m’ont conduit au commissariat central de Kaloum. Après 72h, j'ai appelé un frère qui travaillait alors à la présidence, à qui j'ai expliqué la situation. J’ai demandé à ce qu'on me transfère à la justice pour qu’on s'explique. Finalement, la dame a monté un coup contre moi pour dire que j'ai des arriérés que je n'ai pas versé à leur niveau. C'est comme ça qu’on m’a conduit à la maison centrale. C’était le 1er février 2021. Certains de mes frères ont négocié pour que le jugement ait lieu. Après le jugement, j’ai été condamné à un an, six mois de prison ferme", témoigne Cécé Gbamou.

Qu'est-ce qui l’a poussé à donner le nom de son enfant à la première dame ? Pour ce jeune étudiant, c'est grâce à Mamadi Doumbouya qu'il a recouvré sa liberté. Depuis sa sortie de prison, il avait décidé de faire un homonyme pour le président de la transition. Vu que l'enfant est une fille, il a jugé nécessaire de donner son nom à l'épouse de ce dernier. L'enfant qui est né le 16 novembre dernier à Sinkolé, dans la sous-préfecture de Lainé préfecture de Lola, va désormais porter le nom de "Lauriane Gbamou". 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Samedi 03 décembre 2022 à 11:16

TAGS