Niamey : Débat de haut niveau pour une industrialisation de l’Afrique à travers la ZLECAF...

Afrique

NIAMEY- Les échanges sur l’industrialisation du continent africain sur poursuivent dans la capitale nigérienne. Ce jeudi 24 novembre 2022, les discussions ont essentiellement porté sur les opportunités qu’offre la zone de libre échange intercontinental africain (ZLECAF) pour l’industrialisation de l’Afrique.

En plus des experts d’institutions nationales comme la Commission Économique pour l’Afrique et l’Union Africaine, plusieurs Ministres du continent africain ont répondu à l’appel de Niamey. On notait entre autres la présence des Ministres de plusieurs pays dont le Maroc, le Congo et le Togo.

A date, de nombreux pays ont déjà adopté leur stratégie nationale ZLECAF. Cette intégration économique devrait faire augmenter de 40% le commerce entre les pays africains.

La zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF) vise à accélérer la transformation structurelle des économies africaines à travers un marché de plus d’un milliard de consommateurs.

« La mise en œuvre de la ZLECAF va régler le problème de commerce inter africain. Et cela va créer de nombreux emplois à travers les industries qui vont naître », a annoncé le Dr Stephen Kasingi de la CEA.

Lors du panel qui était modéré par l’ancien Premier Ministre nigérien Dr Ibrahim Assane Mayaki les différentes interventions ont toutes porté sur la nécessité voire l’urgence pour l’Afrique d’aller vers l’industrialisation.

« L’industrialisation de l’Afrique n’est pas une option. C’est un passage obligé si on veut transformer nos économies », a déclaré le Ministre togolais du commerce Kodjo Adédzé qui a tiré la sonnette d’alarme sur le chômage endémique des jeunes qui constitue une menace pour la paix et la stabilité des Etats africains.

Pour le Ministre marocain de l’industrie, il s’agira pour chaque pays de choisir des secteurs d’activité qui répondraient aux besoins des populations africaines. A titre d’exemple de réussite, il dira que son pays a atteint cette année 35 milliards de dollars liés à l’exportation.

« On exportait zéro, il y a encore 10 ans, mais aujourd’hui, le secteur automobile, c’est plus de 10 milliards de dollars par an avec 250 usines qui emploient 250.0000 marocains », a souligné le Ministre marocain de l’industrie Ryad Mezzour.

De son côté, l’ancien Premier Ministre guinéen Kabinet Komara a appelé à une plus grande vulgarisation de la ZLECAF.

« Il faut que les gens comprennent les enjeux de la Zlecaf », selon M. Komara qui n’a pas manqué de rappeler que la libre circulation des personnes et des biens est un facteur primordial pour une intégration économique réussie.

L’autre intervention qui a marqué cet événement est celle de Paul Kofi de l’UEMOA qui a rappelé que le continent africain regorge de nombreuses ressources qui ne sont jusqu’à présent pas bien exploitées à cause de la faiblesse de son industrialisation.

« Tout ce qu’il nous faut ce sont les moyens pour les transformer et lever les barrières et aller sur le marché commun de la ZLECAF », a-t-il lancé.

 

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 24 novembre 2022 à 22:24

TAGS