Procès 28 septembre 2009: Un sujet sensible évoqué à la barre…ce lundi

Guinée
Mamadou Aliou Keita
Mamadou Aliou Keita

CONAKRY-Le procès des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 a repris ce lundi 21 novembre 2022.

A la barre du tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry, un nouvel accusé.

Mamadou Aliou Keita, gendarme accusé de viol par une victime nommée Aissatou Barry, comparaît devant le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara.

Après Thiegboro Camara, Marcel Guilavogui, Toumba Diakité, Raphael Haba, Ibrahima Camara dit Kalonzo, c’est le sixième accusé appelé à la barre sur les onze.

Tout comme les autres prévenus l’ayant précédé, Mamadou Aliou Keita a nié les charges (de viol) qui lui sont reprochés dans ce procès pénal d'une ampleur historique. A la barre, il a toutefois confirmé avoir été stade le jour du 28 septembre 2009.

A l'époque, cet agent avait le grade de margis-chef exécutant. « Je recevais des ordres que j’exécute. Je relevais de l’escadron mobile numéro 1 », a-t-il précisé à la barre.

Répondant à une question du juge, il confirme que le jour du 28 septembre 2009,  tout l’escadron était présent. « Oui j’étais là. Ce jour, nous sommes arrivés à 10H pour quitter 30 minutes après », a-t-il déclaré.

L’accusé soutient par la suite qu’avant les exactions de 2009, il ne se connaissait pas avec son accusatrice. « Je ne l’ai jamais connue, peut-être qu’elle me connait, mais moi non, je ne la connais pas ».

Après les événements, il a cependant admis que son ex maîtresse lui a dit qu’il a frappé (violé) sa tante. « Pendant que je fréquentais cette fille, elle ne vivait pas avec sa tante ». Il dément avoir violé la tante de sa copine.

« Elle n’a qu’à prouver que c’est moi qui l’ai violé devant public ici. Elle peut dire que je l’ai violé, mais où est la preuve ? Où est l’acte ? », s’est défendu l’accusé, précisant qu’il était le seul nommé Mamadou Aliou Keita. « Jamais je ne suis rentré au stade ce jour. Je suis resté dans la Jeep garée en face de la station », a-t-il affirmé.

Confronté à ses déclarations lors de l’enquête préliminaire qui sont contraires à sa déposition à la barre, Mamadou Aliou Keita a montré des signes d’agacement. Il affirme que nul ne peut démontrer le contraire.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Lundi 21 novembre 2022 à 12:44