Niamey : Ouverture d’un sommet pour booster l’industrialisation de l’Afrique…

Afrique

NIAMEY- La semaine de l’industrialisation de l’Afrique a été officiellement lancé ce dimanche 20 novembre 2022 dans la capitale nigérienne.

Cette année, le thème choisi est « Industrialiser l’Afrique : Renouveler les engagements en faveur d’une industrialisation et d’une diversification économique inclusives et durables ».

Cet événement qui se déroulera à Niamey du 20 au 25 novembre 2022 a été officiellement lancé par la Ministre nigérienne chargée de l’industrie et de l’entrepreneuriat des jeunes.

Le continent africain a la population la plus jeune du monde. Il devrait abriter un quart de la population mondiale d’ici 2050.

Depuis le 26 juillet 1989, l’assemblée générale des Chefs d’Etats et de Gouvernements a décidé de commémorer le 20 novembre de chaque année la journée de l’industrialisation de l’Afrique.

À l’ouverture des travaux, la Ministre nigérienne chargée de l’industrie et de l’entrepreneuriat des jeunes a mis un accent sur la nécessité pour le continent africain de s’industrialiser pour amorcer son développement économique. Mme Salamatou Gourouza Magagi a invité tous les participants au sommet des femmes africaines transformatrices qui a été lancé en marge de la semaine de l’industrialisation, à œuvrer pour que le continent africain ne soit pas en marge de la croissance économique.  

De son côté, le Secrétaire exécutif par intérim de la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) a rappelé que l’industrialisation n’est pas une option pas un impératif pour le continent africain.

« Le commerce intérieur de l'Afrique est beaucoup plus équilibré. Le commerce des combustibles minéraux ne représente en moyenne qu'environ 20 % des exportations intra-africaines. À sa place, les produits manufacturés et les produits alimentaires représentent une part beaucoup plus importante du commerce intra-africain, ce qui réduit la dépendance de l'Afrique à l'égard des exportations de matières premières. En moyenne, entre 2016 et 2021, les produits manufacturés représentaient une part de 44 % du total des exportations intra-africaines. De même, les produits alimentaires ont représenté en moyenne 20 % des exportations au cours de la période, ce qui montre qu'à l'intérieur de l'Afrique, l'Afrique est nettement moins dépendante des matières premières et extractives », a souligné Antonio Pedro, le Secrétaire exécutif par intérim de la CEA.

« En ajoutant de la valeur à nos matières premières ici sur le continent, nous pouvons convertir nos ressources en véritables bénédictions plutôt que de leur permettre de continuer à être une malédiction qui nous est imposée », poursuit le numéro un de la CEA qui rappelle que la zone de libre-échange continental africain doit être une opportunité pour les différents pays du continent pour s’industrialiser.

La rencontre de Niamey devrait permettre de murir les réflexions et mettre en place des initiatives visant l’industrialisation rapide de l’Afrique, a précisé à son tour M. Albert Muchanga, le Commissaire de l’Union Africaine chargé de l’industrie.

Plusieurs autres interventions ont ponctué le lancement de cette semaine sur l’industrialisation de l’Afrique qui se déroule dans la capitale nigérienne.

A rappeler qu’en marge du sommet, plusieurs activités parallèles sont prévues dont une foire de produits du continent exposés au palais des sports de Niamey.

 

Africaguinee.com

Créé le Lundi 21 novembre 2022 à 16:04

TAGS