Conakry : les confidences d’un vendeur de "Kush", nouvelle drogue à la mode chez certains jeunes

Guinée
Image d’illustration
Image d’illustration

CONAKRY-A Conakry, une nouvelle drogue appelée Kush fait des ravages. Deux individus auraient trouvé la mort à Gbessia après avoir consommé cette drogue. La situation préoccupe les services de police qui ont déclenché une vaste opération visant à enrayer la chaîne de trafic de ce produit prohibé et nuisible à la santé.

D’où vient cette drogue ? Comment s’organise le trafic ? Quels sont effets chez le consommateur ? Un journaliste d’Africaguinee.com a suivi les traces d’un vendeur et consommateur du kush. Nous le surnommons S.S. Ce jeune détaillant nous dit tout sur l’arrivée du Kush en Guinée.

AFRICAGUINEE.COM : Parlez-nous de la drogue appelée Kush ?

S.S : Le Kush est une drogue qui vient de la Sierre Leone. Elle est mélangée avec des feuilles séchées (voir photo en bas de l’article). Des fois, certains consommateurs mélangent cette drogue avec des produits chimiques très dangereux. Mais, nous ici, nous vendons seulement le kush. Depuis longtemps, on envoie cette drogue ici, mais beaucoup de jeunes ne connaissaient pas son nom. Le kush n'était pas beaucoup consommé dans notre pays.

C’est seulement ceux qui ont été en Sierra Léone et certains léonais vivant en Guinée qui consommaient le kush. Mais maintenant, ça rame partout. De nombreux jeunes guinéens en raffolent. Face à l’augmentation de la demande ici, les vendeurs aussi ont augmenté. La demande a quintuplé en Sierra Léone.

Où vous vous approvisionnez ?

Moi personnellement, je l’achète au port de Boussoura, pour venir revendre dans mon coin ici. La boule se revend à 5.000 francs guinéens. Mais je dis souvent aux jeunes qui viennent acheter avec moi de consommer le kush avec modération. Mais il y a d'autres jeunes qui mélangent le kush avec d'autres produits chimiques. Encore il y a une autre catégorie de jeunes qui prennent 2 à 3 boules. Or, si on prend cette quantité à la fois, c'est la mort assurée directement.

Par exemple moi, je prends une seule boule pour toute la journée.  Et ça ne me fait rien du tout, je trouve ma forme, je peux travailler toute journée sans rien manger.

C’est seulement au port de Boussoura qu’on peut s’en procurer ?

Il faut oser dire la vérité : on vend le kush dans tous les ports artisanaux de Conakry, de Coyah, de Dubreka et même du côté de Boké et dans plusieurs quartiers de la capitale. C'est une longue chaîne.

Nous y reviendrons !

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 04 novembre 2022 à 12:35

TAGS