Violences à Conakry : Le bilan s'alourdit...au moins trois morts !

Conakry
Face à face entre des jeunes manifestants et policiers à Sonfonia
Face à face entre des jeunes manifestants et policiers à Sonfonia

CONAKRY- Plusieurs morts ont été enregistrés ce jeudi 20 octobre 2022 dans la capitale guinéenne, jour de manifestation appelée par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). 

Deux adolescents ont été tués à Hamdallaye et à Koloma, deux quartiers de la commune de Ratoma situés aux abords de l'axe Le Prince où des violents affrontements ont éclaté dans la journée entre manifestants et forces de l’ordre.

Interrogé par Africaguinee.com, l'oncle de Thierno Bela Diallo a expliqué dans circonstances dans lesquelles cet adolescent a reçu une balle en pleine figure. Originaire de Labé, ce jeune âgé de 16 ans, a été fauché par une balle à Hamdallaye alors qu'il disputait un match de football avec ses amis. 

"Il a été tué à Hamdallaye secteur 5 vers Kabakoudouyah. Il était en train de jouer au football avec ses amis au terrain. C'est là-bas où ils ont tiré sur lui. La balle l’a atteint au niveau du visage. Dès qu’il est tombé, ses amis ont pris son corps pour le déposer à l'hôpital Jean Paul 2. C’est là où la famille est allée récupérer le corps qui se trouve présentement à la morgue de notre Mosquée ici. Mais déjà certains nous ont conseillé d'envoyer le corps à l'hôpital Ignace Deen pour faire l'autopsie", nous a confié Lamarana Bah, l'oncle de la victime.  

Originaire de Lélouma précisément dans la localité de Sagalè, Boubacar Diallo, 17 ans élève en classe de 9ème année a été tué par balle dans la journée de ce jeudi 20 octobre 2022. 

Selon son tuteur, l'acte s'est passé dans le quartier Koloma précisément dans le secteur N'dantaari vers Sidibéyah. D'après les explications du grand-père de cette autre victime, le jeune Boubacar Diallo était assis derrière leur domicile avec d'autres personnes quand des agents ont ouvert le feu sur lui. 

"Selon les explications des témoins, le pick-up les a trouvés assis derrière notre cours ici. Dès que les agents sont arrivés à leur niveau, ils ont dit "hé, levez-vous". Aussitôt, ils ont tiré sur lui. La balle s’est logée dans sa poitrine. Aussitôt, il est tombé en disant "ils ont tiré sur moi". Après on l’a pris pour l'envoyer dans une clinique à côté. Mais il a rendu l'âme en cours de route. Son corps se trouve actuellement à la morgue de notre Mosquée ici à Koloma N'dantaari", a expliqué Mamadou Saliou Barry avant d'ajouter qu'il compte porter plainte contre les assassins de son petit-fils. 

"Notre enfant a été injustement assassiné. Nous n'allons jamais pardonner ceux qui l'ont tué. Demain la famille va se réunir, si on tombe d'accord ensemble, nous allons porter plainte contre ses assassins. Nous allons suivre la procédure normale c'est-à-dire envoyer le corps à l'hôpital pour faire l'autopsie", a ajouté ce père de famille. 

Selon le FNDC, organisateur de ladite manifestation, un autre jeune du nom de Thierno Moussa Barry, a été tué à Bailobaya, dans la périphérie de Conakry. Le mouvement dissous déplore une vingtaine de blessés par balles.

Dans son bilan communiqué dans la nuit du jeudi, le Procureur Général Yamoussa Conté n’a pas fait état de cas de morts.

A suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023 

Créé le Vendredi 21 octobre 2022 à 2:13