Troubles à Conakry : Sylla, Fodé Oussou, Dembo…visés par des poursuites judiciaires

Guinée
De gauche à droite, Dembo Sylla, Mamadou Sylla, Fodé Oussou Fofana
De gauche à droite, Dembo Sylla, Mamadou Sylla, Fodé Oussou Fofana

CONAKRY-Suite aux troubles enregistrés ce jeudi 20 octobre 2022 à Conakry en marge de l’appel à manifester lancé par le FNDC, le Procureur Général Yamoussa Conté a donné des instructions aux parquets d’instance de son ressort d’engager des poursuites judiciaires contre plusieurs responsables politiques, membres de l’Anad et de la Cored.

Les personnalités visées sont entre autres, Francis Pépé Haba, Cellou Baldé, Etienne Soropogui, Mamadou Sylla, Dembo Sylla, Dr Fodé Oussou Fofana. Les poursuites visent des faits de destruction de biens publics et privés, coups et blessures volontaires, atteintes à la liberté de circulation, participation délictueuse, outrage à agents, provocation directe à un attroupement et complicité. Concrètement, leur tort est d'avoir soutenu l’appel à manifester lancé par une entité dissoute (FNDC).

« Il a été porté à la connaissance du Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry, par les services en charge du maintien d’ordre plusieurs faits répréhensibles dans la nuit du 19 et la journée du 20 octobre 2022 dans la commune de Ratoma, particulièrement et de manière générale dans la zone de Grand Conakry. Ces faits sont consécutifs à l’appel à manifester par le biais des réseaux sociaux et les médias, par Sékou Koundouno, qui au nom d’une entité dissoute, a, sans aucune forme légale, avec des propos qui font appel à des séries de manifestations », a indiqué le Procureur Général dans une déclaration lue jeudi 20 octobre 2022 dans la soirée à la télévision nationale.

Trois de ces dirigeants politiques sont sous le coup d’autres procédures judiciaires. C’est le cas de Mamadou Sylla, Cellou Baldé et Etienne Soropogui. Leurs dossiers sont encore pendants devant les cours et tribunaux du pays.

Bilan très lourd

Selon M. Yamoussa Conté l résulte du bilan provisoire de cette manifestation violente :

Neuf véhicules de la gendarmerie endommagés,

Quatre blessés dont trois graves dans les rangs de la gendarmerie,

Deux blessés graves dans les rangs de la police et de nombreux véhicules caillassé,

Deux civils blessés dont un cas grave.

Par ailleurs, précise le magistrat, il est à noter que plus d’une vingtaine d’arrestations ont été enregistrés par les services de maintien d’ordre.

« Le Procureur Général dans son rôle de coordonnateur des Procureurs de la République du ressort de la Cour d’Appel de Conakry (…) instruits aux procureurs de la République des tribunaux de première instance de Kaloum, Dixinn, Mafanco, Coyah et de Dubreka de diligenter sans délai des poursuites judiciaires contre les organisateurs de ladite manifestation interdite en saisissant les unités de police judiciaire de leur ressort conformément au code de procédure pénal », a indiqué M. Conté.

A suivre…

Africaguinee.com  

Créé le Vendredi 21 octobre 2022 à 1:30