Droit et autonomisation des femmes : Enabel et CADES/Guinée organisent un atelier de transfert de compétences et des outils de promotion des droits entrepreneuriaux féminins en Guinée

Publireportage

CONAKRY- Du 11 au 12 octobre 2022, l’ONG CADES/Guinée a organisé à Conakry, un atelier national de transfert de compétences et des outils de promotion des droits entrepreneuriaux féminins en Guinée, aux acteurs étatiques. Ledit atelier s’inscrit dans le cadre du projet « Amélioration Participative des Conditions d’Égalité de Droits et Autonomisation Économique des Femmes (APaCED-AEF) ».

L’ouverture et la clôture des travaux de cet atelier ont connu la présence de la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, Aicha Nanette Conté, de l’ambassadeur du Royaume Belge en Guinée, Guy Hambrouck, de la représentante d’Enabel Guinée, Krista Verstraelen, ainsi que du chef de cabinet du ministère de la justice.

Le projet Amélioration Participative des Conditions d’Égalité de Droits et Autonomisation Économique des Femmes (APaCED-AEF) porté par l’ONG CADES/Guinée s’inscrit dans le cadre de l’Intervention Entreprenariat Féminin d’Enabel sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou. Il est financé par le Royaume de la Belgique dans le cadre de sa coopération bilatérale avec la République de Guinée. 

Le but du projet est de contribuer à la création d’un environnement local et national des affaires propices à l’égalité genre (mêmes droits et chances). Spécifiquement, il vise à créer des conditions d’engagement et de leadership communautaire permettant d’adresser les défis, promouvoir les principes et bonnes pratiques d’Égalité de droits et d’Autonomisation Économique des Femmes. 

C’est dans le but de consolider les acquis au niveau local et national, que l’ONG CADES/Guinée en accord avec l’Intervention Entreprenariat Féminin d’Enabel, a décidé de transférer à l’État à travers ses services techniques centraux et décentralisés des ministères concernés, des outils de sensibilisation et de plaidoyer qui ont été développés pour la promotion des 5 principaux droits Entrepreneuriaux Féminins adressés par le projet, en vue d’une valorisation au niveau national. Ceci, à travers l’organisation d’un atelier national de formation des cadres/parties prenantes de l’État. 

Cet atelier qui s’est tenu durant deux jours à Conakry dans un réceptif hôtelier, a regroupé 40 participants issus des Services Techniques Centraux et Déconcentrés de l’État sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou. Les bénéficiaires dudit atelier viennent du Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables et ses démembrements, de la Direction Générale CAEF, du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, du Secrétariat Général aux Affaires Religieuses et ses démembrements, ainsi que des Institutions de la Transition (Conseil National de la Transition). 

L’objectif de la formation est de transférer à ces services de l’État Guinéen, les compétences et outils de sensibilisation et plaidoyer/lobbying élaborés sur les cinq (5) principaux droits entrepreneuriaux féminins participativement identifiés et adressés par le projet APaCED-AEF. Selon le Secrétaire exécutif de l’ONG CADES/Guinée, des idées d’actions ressorties des débats communautaires organisés au préalable dans 10 villes, ont permis d’identifier de manière participative les cinq droits entrepreneuriaux féminins qui sont adressés par le projet.

« Les supports de sensibilisation et des plaidoyers, objets du présent atelier national ont été élaborés pour promouvoir ces droits entrepreneuriaux féminins adressés par le projet et sont constitués d’affiches imagées servant d’outils de plaidoyers destinés aux autorités et partenaires au développement afin que les politiques publiques et les lignes directrices les prennent en compte. Des boites à images en cinq langues (français, arabe, Soussou, Poular et en Maninka) destinées aux acteurs locaux, pour leur sensibilisation de la population, au niveau local et national, ont également été élaborés », a déclaré Mamadou Aliou BAH dans son discours d’ouverture. 

Pour la représentante d’ENABEL (Agence belge de développement) en Guinée, la mise en œuvre du projet APCED-AEF résonne comme une opportunité. Celle de fédérer plusieurs acteurs et actrices dans le but de contribuer à la création d'un environnement local et national des affaires propices à l'égalité genre.

 « Sur l'axe Conakry-Kindia-Mamou, ce projet a permis de répertorier les principaux freins et obstacles à l'égalité des droits et à l'autonomisation économique des femmes. Dans le cadre des différents cadres de concertations qui se sont déroulés, à la fois en ligne et dans les 10 territoires de mise en œuvre, de belles propositions d'actions ont été formulées pour faire évoluer les attitudes, les comportements, les mentalités, mais aussi les pratiques et les lois... Dès lors, il apparait nécessaire de sensibiliser l'ensemble de acteurs impliqués sur la question de l'égalité, à partir des enseignements issus des concertations. C'est le sens de la présente formation », a indiqué Krista Verstraelen.

Elle a par ailleurs souligné qu’Enabel accompagne la Guinée dans de nombreux secteurs, dans le cadre du programme bilatéral de coopération entre la Belgique et la Guinée, avec un montant de 45 millions d’euros. Le portefeuille est orienté autour du soutien à l’entrepreneuriat sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou.

Au vu des résultats auxquels l'atelier a abouti, le secrétaire exécutif du CADES/Guinée affirme que l'objectif de transfert des compétences aux acteurs étatiques sur la promotion des droits entrepreneuriaux féminins, assigné est atteint.

Au-delà de ces compétences transférées et en accord avec Enabel, il annonce que son ONG envisage le transfert de ces supports élaborés dans le cadre de cette Intervention Entrepreneurial Féminin d'Enabel et aux Départements Ministériels concernés. Il s’agit d’outils de plaidoyer sous forme d'Affiches imagées en version française et arabe, destinées aux autorités. Il y a également de belles images de sensibilisation de la population au niveau local et national, développées en 5 langues (Français, Arabe, Soussou, Pular & Maninka).

« Le transfert de ces supports à l'État (en versions physique et électronique), offre une possibilité de démultiplication des actions de sensibilisation au-delà de l'axe d'intervention sur Conakry-Kindia-Mamou. C'est dans ce cadre que nous nous faisons le porte-parole mandaté par les participants pour solliciter l'appui à la démultiplication en quantité suffisante de ces outils destinés aux acteurs étatiques et autres organisations actives de la société civile.

Ce qui contribuera aux efforts actuels des parties prenantes de la problématique d'accès des femmes à tous les niveaux et conduira à la création d'un environnement local et national des affaires propices à l’égalité genre (mêmes droits et mêmes chances) tel que visé par les objectifs du ministère et de l’intervention, Entrepreneuriat Féminin d’Enabel », a lancé Mamadou Aliou Bah.

La Belgique attache une grande importance à l’approche des droits, la prise en compte des besoins des femmes dans tous les programmes qu’elle appuie, a indiqué l’ambassadeur de la Belgique en Guinée. Dans son discours, Guy Hambrouck a remercié l’ONG CADES dont l’action a permis la mise en place de ces dispositifs.

« Je voudrais féliciter l’ONG CADES et Enabel qui ont mis en place ces dispositifs et de cadre de concertation participative et citoyenne. Le programme de coopération bilatérale entre la Guinée et la Belgique vise des résultats tangibles et durables.  C’est raison pour laquelle ces outils de sensibilisation et des plaidoyers autour des principaux droits entrepreneuriaux féminins ont été présentés. Ça va certainement favoriser une répartition et une amélioration de la situation des femmes entrepreneures », a déclaré l’ambassadeur du Royaume Belge en Guinée, Guy Hambrouck.

Pour la ministre de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables, cet atelier revêt une signification très particulière, en ce sens qu'il s’adresse directement aux questions de droits égalitaires et d'autonomisation économique des femmes, auxquelles le Gouvernement accorde une importance particulière.

  « J’'invite les cadres des services centraux et déconcentrés de mon département ici présents, à valoriser ces outils pour une plus large sensibilisation et plaidoyer, nécessaire à la prise en compte au quotidien de ces Droits Entrepreneuriaux Féminins. Aussi, l'implication effective -des autorités traditionnelles et locales, des femmes leaders, des communicateurs traditionnels, des leaders religieux, des membres et responsables des entités économiques notamment les fédérations, unions, coopératives et groupements d'intérêt économique-, nous rassure quant à l'attente des objectifs visés » a affirmé la ministre Aicha Nanette Conté.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le Jeudi 13 octobre 2022 à 20:03

TAGS