N’Zérékoré : Une affaire de sorcellerie vire à un double meurtre à Souhoulé…

Guinée forestière
Image d'archive
Image d'archive

N’ZÉRÉKORÉ-Le district de Souhoulé, située dans la sous-préfecture de Soulouta (Nzérékoré) n’en finit pas avec les faits divers tragiques. En moins de deux semaines, deux « vieux » accusés de sorcellerie ont été tués dans ce village. L’un d’entre eux été brûlé vif par des jeunes en colère. M. Gamey Cé est accusé par ses « bourreaux » d’avoir sacrifié son fils Boniface, décédé des suites d'un accident de circulation.

Dans le village, ils seraient trois vieillards accusés par les habitants. Le premier a été étranglé par François Kaplima, arrêté en début de semaine par les forces de l’ordre. Le troisième accusé de sorcellerie dans le village est en cavale.

Le vieux Gamey Cé a été brûlé vif par des jeunes du village. Nous n'étions pas là-bas mais avant de le calciner, il paraît que la jeunesse l’a extirpé de sa maison pour l'interroger. Dans ses réponses, il aurait confirmé qu'ils sont au nombre de trois (sorciers dans le village). Il a cité le nom des deux autres. L’un a été étranglé avant-hier, l'autre vieux a pris la poudre d'escampette. C'est ce que nous avons appris.

Le vieux qui a été brûlé aurait refusé de recevoir le corps de son enfant chez lui alors qu’il agonisait. Sa femme était intervenue sans succès. Il s'est même permis de se jeter sur elle. Les gens les ont séparés, il est rentré dans sa maison pour s’enfermer. C’est ce qui irrité les jeunes. Même avant la mort de son fils après l’accident il a refusé de venir à son chevet lui porter secours", nous a confié une autorité basée dans la localité.

C'est après que le vieux Gamey Cé a été calciné que François Kaplima Loua (en détention à N’Zérékoré) à son tour aurait quitté le Liberia pour venir venger son jeune frère Boniface, en étranglant le deuxième vieux pointé du doigt. Nous apprenons que suite à ces deux crimes commis dans le village en moins de deux semaines, plusieurs citoyens par peur d'être interpellés ont fui pour aller se réfugier ailleurs.

« Aujourd'hui, il y a la peur à Souhoulé. Les citoyens s'attendaient à ce que les militaires débarquent dans le village après ces crimes. Beaucoup sont sortis pour aller se réfugier dans d'autres villages », voisins ajoute-t-il.

A suivre...

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél. (00224) 628 80 17 43

Créé le Jeudi 22 septembre 2022 à 13:13