Sommet de la Cedeao-Embalo prévient : "Il y aura de lourdes sanctions contre la Guinée si…"

Guinée
Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée Bissau reçu à Conakry par Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée Bissau reçu à Conakry par Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-Le ton est tranchant ! Il est hors de question pour la CEDEAO d’accepter les 36 mois proposés par les autorités de la Guinée comme durée de la Transition, a annoncé Umaro Sissoco Embalo. Dans un entretien accordé à Rfi-France24, il prédit de lourdes sanctions contre Conakry si la junte guinéenne s’arcboute sur les trois ans.

« Les 36 mois sont inacceptables et non négociables pour la Cedeao », a martelé le président en exercice de la Cedeao.

Il prévient qu’il y aura « absolument des sanctions », si Conakry s’obstine sur les trois ans. Plus loin, M. Umablo précise que ce sera « de lourdes sanctions même parce qu’on ne peut pas accepter ça ».

Lire aussi-Doumbouya répond à Embalo : "Il est hors de question d’accepter qu’un quelconque rythme nous soit imposé…"

« J’ai été en Guinée où j’ai discuté avec le colonel Doumbouya, on s’est attendu à un consensus qu’on ne peut pas dépasser les 24 mois (deux ans) », a-t-il enchaîné. Chose que dément Conakry.

Un sommet de la Cedeao sur la Guinée et le Mali est prévu ce jeudi 22 septembre à New-York en marge de la 77ème Assemblée Générale des Nations-Unies.

« On va évaluer tout ça. Mais s’il y a une chose que je peux vous assurer : les 36 mois ne sont pas négociables de la part de la Cedeao », a tranché M. Embalo.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 21 septembre 2022 à 11:17