Dossier "28 septembre" : Ousmane Gaoual répond à Cellou Dalein Diallo…

Guinée
Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement de transition
Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement de transition

CONAKRY-Les inquiétudes soulevées par Cellou Dalein Diallo par rapport à l’ouverture du procès des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 passent mal au sein du Gouvernement guinéen.

Le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) redoute une instrumentalisation de la justice dans ce dossier débouchant sur la condamnation de victimes en lieu et place des bourreaux. Pour quelle fin ? « Politique », selon l’ancien Premier ministre.

Cette sortie de Cellou Dalein Diallo ne laisse pas de marbre le Porte-parole du Gouvernement de Transition. Ousmane Gaoual Diallo qui a été interrogé ce mardi 20 septembre 2022 par Africaguinee.com n’est pas passé par quatre chemins pour « recadrer » le leader de l’UFDG.

Le porte-parole du Gouvernement rappelle que M. Diallo a été reconnu comme victime dans ce dossier et a même été indemnisé conséquemment comme tel. Mieux, selon Ousmane Gaoual Diallo, le président de l’UFDG n’est nullement cité à comparaître (comme témoin ou accusé) dans le cadre du procès qui s’ouvrira le 28 septembre prochain. Pour lui, il est incongru de profiter de toutes les opportunités pour jeter le discrédit sur l’institution judiciaire. Extraits.

« Il ne faut pas oublier que Cellou Dalein Diallo a, d’une certaine manière, été reconnu par la Guinée, comme une victime (dans ce dossier). C’est à ce titre qu’il a reçu une part d’une indemnisation (2 milliards Gnf) avec l’ancien Premier ministre Sidya Touré. Chacun d’entre eux a reçu une indemnisation liée à ces violences du 28 septembre 2009.

Lire aussi-Procès "28 septembre" : Cellou Dalein Diallo soulève une inquiétude…

Ça veut dire que d’une certaine manière, l’Etat guinéen, la justice le reconnait déjà comme une victime. Dans la procédure qui est engagée dans ce procès, il n’est ni témoin, ni cité à comparaître. Donc, je ne vois pas comment quelqu’un qui a bénéficié d’une indemnisation en tant que victime, peut redouter une condamnation politique dans cette affaire. Il y a quelque chose d’incompréhensible dans cette analyse.

Je pense qu’il ne faut pas profiter de toutes les opportunités pour jeter le discrédit sur l’institution judiciaire du pays qui est dans un processus de réforme. C’est très important de garder la sérénité par rapport à ça et de juger les faits.

Il n’y a aucun lien entre ses inquiétudes et son statut personnel dans ce dossier. Parce que quand vous avez été reconnus comme victime et que vous avez reçu une part des indemnisations, et que vous n’êtes cité ni en tant que témoin, ni en tant qu’accusé dans l’affaire, on ne voit pas en quoi vous pouvez redouter une condamnation politique qui vous viserait », a martelé Ousmane Gaoual Diallo.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mardi 20 septembre 2022 à 12:24