Mme Mariama Diallo, mère d’Abdoulaye, tué par balle à Kipé : "Je ne pardonnerai pas l’assassin de mon fils…"

Conakry
Madame Mariama Diallo
Madame Mariama Diallo

CONAKRY-C'est le choc et la consternation dans la famille d'Abdoulaye Diallo, 27 ans (voir photo en bas de l'article), tué par balle le 17 septembre 2022 à Kipé, dans la banlieue nord de Conakry.

Suite à ce crime, le ministre de la Justice, garde des sceaux a instruit au parquet général de Conakry d’engager des poursuites contre dix policiers dont Alpha Kabinet KABA, Commandant de police, Chef des opérations adjoint de l'Office Centrale Antidrogue (OCAD).

Madame Mariama Diallo, la mère de la victime rencontrée ce lundi 19 septembre 2022 par un journaliste d’Africaguinee.com, est encore sous le choc. Elle a déclaré qu’elle ne pardonnera pas l’assassin de son fils.

"Je ne pardonnerai pas la personne qui a ôté la vie à mon enfant. J'aimais beaucoup Abdoulaye, il n’a jamais cessé de se préoccuper de moi. Je prie Dieu de l'accueillir dans son paradis éternel", a-t-elle dit, brièvement sous le choc.

La famille dit être derrière le ministre de la Justice Charles Alphonse Wright qui a diligenté des enquêtes sur la mort de Abdoulaye Bah. Souadou Diallo, petite sœur de la victime témoigne :

"J'étais au travail quand on m'a appelé pour me demander de revenir à la maison. Quand je suis rentrée, on m'a dit de me diriger directement vers l'hôpital sino guinéen. Je demandé la raison. On m’a dit que mon grand frère a été touché par une balle. A mon arrivée, les médecins m'ont dit qu'il était dans le bloc et qu’il est en manque de sang.

Il avait besoin de deux poches. Du coup, je suis partie avec ma grande sœur pour chercher du sang. On a difficilement trouvé les deux poches de sang. On était sur la route de retour pour l’hôpital lorsqu’on nous a appelé pour nous dire que mon frère est décédé et que ce n’était plus nécessaire d'envoyer le sang", raconte Diallo Souadou.

Elle explique que le ministre de la justice Alphonse Charles Wright est venu dans leur famille avec une forte délégation. « Il nous a rassuré que justice sera faite. Ils ont même dit que les auteurs de ce crime ont été arrêtés.  Il a demandé aux jeunes de se calmer parce que la violence ne peut pas résoudre cette affaire. Nous croyons à ce que le ministre nous a dit, on attend la suite", explique la jeune sœur de la victime.

A suivre…

 

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 19 septembre 2022 à 16:20

TAGS