Gbessia : Récit pathétique sur la mort des "frères Camara", Harouna et Aly…

Conakry
Les frères Camara, Harouna et Aly décédés par électrocution à Gbessia
Les frères Camara, Harouna et Aly décédés par électrocution à Gbessia

CONAKRY-Deux jeunes d'une même famille sont décédés des suites d’une électrocution dans la nuit du samedi 17 septembre 2022, au quartier Gbessia cité, dans la commune de Matoto alors qu’une forte pluie s’abattait sur la capitale Conakry.

Harouna Camara (28 ans), diplômé en Environnement, et son petit frère Aly Camara, (âgé 22 ans), carreleur de profession, ont croisé le destin aux environs de 21 heures alors qu’ils regagnaient leur domicile. A l'origine de ce drame, un câble électrique coupé et laissé comme ça en pleine rue, sous la pluie.

Dans la famille éplorée, l’émotion était vive ce dimanche 18 septembre 2022. Les autorités communales mais aussi des voisins et anonymes ont afflué pour compatir aux douleurs de la famille Camara, endeuillée par la perte de deux êtres chers. Rencontré, Malick Camara, -le grand-frère des deux victimes-, explique les circonstances dans lesquelles ils ont trouvé la mort.

"Hier, aux environs de 21 heures mes deux jeunes frères quittaient chez moi sous la pluie pour rentrer à la maison. Arrivés à Dabondy école, il y avait un câble électrique qui était coupé et qui était dans l'eau. Mes frères ne savaient pas qu'il y avait le courant. Dès le grand frère est descendu dans l'eau pour traverser, il est directement tombé. Il a été électrocuté.

Son petit-frère ne savait pas. Aly Camara a sauté pour tenter de sauver son grand frère. Les sont morts sur place électrocutés par le courant. Après, les gens sont venus un peu partout pour récupérer leurs corps.  Nous les avons déposés à la morgue de la mosquée du quartier", raconte-t-il.

Malick Camara accus la société EDG d’être à la base de la mort de ses deux frères. « Ils ont très mal fait les installations des câbles électriques dans notre quartier, c’est ce qui a occasionné ce drame", a-t-il indexé. Les deux victimes seront inhumées à Boké, selon la famille.

« Les autorités sont venues pour nous présenter les condoléances. Tous les chefs de quartiers sont là depuis hier pour nous aider et nous accompagner. Même le maire de la commune de Matoto était là », confie M. Camara.

Dans la matinée de ce dimanche 18 septembre 2022, des heurts ont éclaté dans le quartier. Mais la situation a été maîtrisée.

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 18 septembre 2022 à 17:17