France : Après Doumbouya, Charles Wright visé par une plainte à Paris…

Justice
Charles Alphonse Wright, Ministre de la Justice et des droits de l'Homme
Charles Alphonse Wright, Ministre de la Justice et des droits de l'Homme

PARIS-Le 11 août dernier, le Garde des Sceaux, Charles Alphonse Wright avait enjoint au Parquet Général de Conakry d’engager des poursuites judiciaires contre l’ex chef Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana et plusieurs de ses anciens collaborateurs.

Parmi eux, M. Ansoumane Camara, ex Conseiller spécial du Premier ministre en charge de l'économie, des finances et du budget et ancien Coordinateur général de l’Agence nationale d'inclusion économique et sociale (ANIES).

Les infractions pointées par le garde des Sceaux sont classiques. Il s’agit de -détournement, blanchiment, corruption et complicité-, dans le cadre de la gestion de l’ANIES (agence nationale d’inclusion économique et sociale). Les montants incriminés portent sur 41.332.102.229 GNF et 400.000 dollars US suivant mandat de paiement N°030604/T3.2020, en date du 02/06/2020. 

Lire aussi-Plainte contre Mamadi Doumbouya à Paris : Que reproche-t-on au Président de la Transition?

Ces accusations ont durement heurté M. Ansoumane Camara qui n’entend pas se laisser faire dans cette affaire. L’ancien conseiller du Premier ministre a décidé de contre-attaquer depuis la France où une plainte pour diffamation a été déposée le 16 septembre contre le Garde des Sceaux guinéen, Charles Alphonse Wright. C’est le doyen des juges d’instruction du tribunal judiciaire de Paris qui a été saisi de cette plainte.

Que lui reproche-t-on ?

Il est reproché au ministre de la Justice d'avoir profité des prérogatives que lui offre sa fonction pour imputer publiquement à Monsieur CAMARA, la commission d'infractions « au-delà de tous doutes raisonnables ».

« La publication et la très large diffusion de ces écrits diffamatoires du 11 août 2022 ont porté une atteinte considérable à l'honneur et à la considération dues à Monsieur Ansoumane CAMARA, qui a démontré la fausseté dans son courrier de réponse du 16 août 2022 (adressé à la Cour d’Appel de Conakry) », précise la note d'information de M. Camara.

Le dépôt de cette plainte intervient alors qu’une autre vise le Président de la Transition, le colonel Mamadi Doumbouya. Celui-ci est accusé de "complicité de tortures" et d'"homicides volontaires". Elle a été déposée le 08 septembre par les avocats du FNDC, maitre William Bourdon et Vincent Brengarth.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Dimanche 18 septembre 2022 à 19:04