Can « Guinée » 2025 : "Toutes les infrastructures seront construites dans 24 mois…", rassure le COCAN

Football
Alassane Camara
Alassane Camara

CONAKRY- L'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2025 a été attribuée officiellement à la Guinée en 2014. Depuis cette date jusqu'à maintenant, les infrastructures devant abriter cette messe continentale tardent à être construites. Ce qui laisse installer un doute chez bon nombre de Guinéens qui s'accordent sur l'incapacité de la Guinée à accueillir la plus grande compétition africaine de football.

A l'opposé des pessimistes, le Comité d'Organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (COCAN) 2025 qui se félicite de la volonté politique des nouvelles autorités, croit dur comme fer que la Guinée sera au rendez-vous. Dans un délai de 24 mois, toutes les entreprises déjà recrutées doivent rendre les clefs des édifices contenus dans les cahiers de charge.

C'est l'information confiée ce lundi, 12 septembre 2022 à Africaguinee.com par le directeur administratif du Comité d'Organisation de la CAN Guinée 2025, décrétée comme priorité nationale par le colonel Mamadi Doumbouya.

C’est une course contre la montre qui s’engage !  Pendant que les secondes s'égrènent et se rapprochent de 2025, date indiquée pour l'organisation de la CAN attribuée à la Guinée par la Confédération Africaine de Football (CAF), rien n'est fait qui puisse rassurer le public sportif guinéen. Pour être au rendez-vous de cette compétition alléchante, le COCAN est en ce moment au four et au moulin alors que le Président de la CAF patrice Motsepe est attendu à Conakry dans un mois.

« La sélection des entreprises qui doivent réaliser les infrastructures a été faite. Les contrats sont signés et nous sommes à la phase de la convention qui va bientôt aussi finir. Les sites sont déjà nettoyés. Aujourd'hui, nous tendons vers un certain nombre d'activités déjà programmées et cela va aboutir au démarrage rapide des travaux sur le terrain », a annoncé Alassane Camara, Directeur administratif du COCAN.

Loin des discours, affirme notre interlocuteur, la CAN 2025 sera bel et bien organisée par la Guinée. Pour preuve soutient Alassane Camara, tous les chantiers vont démarrer à la fois pour une durée de 24 mois. 

« Ce projet de CAN ce n'est plus maintenant un rêve. C'est une réalité. Ce qui pouvait nous mettre un peu dans le doute c'est la volonté politique. Aujourd'hui, ce n'est un secret pour personne. Il y a une manifestation de la volonté politique du président de la transition, du Premier ministre et de tous les membres du gouvernement. Ils sont tous mobilisés pour que la CAN 2025 soit une réalité. Le délai d'exécution de toutes les infrastructures sportives et des villages CAN doit se faire dans 24 mois. C'est le délai fixe pour que toutes les entreprises puissent rendre clés en main les infrastructures. On a vu certains pays qui ont réalisé des infrastructures plus vastes en 17 mois.

Donc, il n'y a pas de raison qu'un stade de 20 milles places ne soit pas réalisé en 24 mois. Tous les chantiers vont démarrer à la fois. Aujourd'hui nous sommes à 90% du nettoyage des sites et la remise officielle doit se faire dans les jours à venir. Et après, les entreprises vont commencer les travaux », a déclaré le directeur administratif du COCAN.

En ce qui concerne la réalisation des autres infrastructures que sont les routes, les hôtels, notre interlocuteur a précisé que chaque département sectoriel va jouer sa partition. Il en a profité pour éclairer la lanterne de l'opinion sur certains points.

« Les infrastructures sont de deux niveaux. Il y a ce qu'on appelle les infrastructures fonctionnelles composées des terrains, des stades de compétition. Ensuite, il y a ce qu'on appelle les infrastructures connexes qui sont constituées par les départements sectoriels. La CAN, c'est grand, c'est tout un programme. Nous avons la santé, les transports, les télécommunications, l'eau et l'électricité. Tous les départements sectoriels doivent réaliser ces infrastructures spécifiques à la satisfaction des cahiers de charge de la CAN.

Les gens pensent que quand on dit route, il faut bitumer toutes les routes de la Guinée. Non. Quand on prend par exemple les infrastructures routières, on a besoin des aéroports, des voiries qui aboutissent aux infrastructures sportives et aux villages CAN. On a besoin de voies de contournement de ces infrastructures. Il ne s'agit pas de construire toute la ville de Labé, de Kankan, de N'Zérékoré. Il y a des spécificités demandées par la CAN. Il s'agit des conditions nécessaires pour que la compétition puisse démarrer dans ces localités », a laissé entendre Alassane Camara.

Par ailleurs, ce membre du COCAN 2025 a justifié le retard des travaux par les soubresauts politiques qui n'ont pas permis au régime déchu de se focaliser sur l'organisation de cette compétition continentale.

« C'est depuis 2014 que la Guinée a bénéficié de la part de la CAF, l'organisation de la 35ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations. La Guinée depuis cette date a connu beaucoup de soubresauts politiques dans le pays. On était dans une turbulence politique qui ne permettait pas à l'époque que le gouvernement manifeste une volonté politique par rapport à cela. Ça fait que pendant cette période on n'a pu rien faire », a-t-il dit.

A noter que six (06) sites sont prévus pour abriter les stades qui auront des terrains d'entrainement pour toutes les équipes. Il s'agit de la capitale Conakry (40.000 places), Kindia (20.000 places), Boké (15.000 places), Labé (15.000 places), Kankan (20.000 places) et N'Zérékoré (15.000) places.

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Samedi 17 septembre 2022 à 11:22