Affaire « 28 septembre 2009 » : "Dadis sera en Guinée avant le début du procès", annonce sa Défense

Guinée
Moussa Dadis Camara
Moussa Dadis Camara

CONAKRY- L’ouverture du procès des auteurs présumés des massacres du 28 septembre 2009, le 28 septembre prochain, ne fera probablement pas sans le capitaine Moussa Dadis Camara, figure la plus importante, inculpée dans ce dossier. Selon maitre Pépé Antoine Lamah, leur client sera bel et bien à Conakry avant le début du jugement qui se fera en présence du Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI), Karim Khan.

M. Camara qui vit à Ouagadougou depuis début 2010, a hâte d’affronter la justice son pays, selon son avocat. Dans dans quel état d’esprit l’ancien chef d’Etat attend-il ce procès ? Selon maître Lamah, le Capitaine Moussa Dadis Camara a le moral au beau fixe. L’avocat qui s’est confié ce samedi 17 septembre 2022, explique que l'ex chef de la junte militaire de 2008 est prêt à affronter la justice guinéenne pour livrer sa part de vérité.

« Il se porte bien et a le moral haut. Il est très content et pressé de regagner son pays pour livrer sa part de vérité dans ces événements tant attendus », a-t-il dit tout en précisant que si tout se passe comme prévu, le président du CNDD sera en Guinée bien avant l'ouverture du procès. 

« Contrairement au régime déchu, les nouvelles autorités n'ont pas posé d'obstacles pour faciliter le retour au pays du Capitaine Moussa Dadis Camara. Si tout va bien, il sera là avant le procès. Il se concertera avec avocats avant même l'ouverture du procès », a annoncé maître Pépé Antoine Lama.

L'avocat précise qu’ils n’exigent aucune garantie à la justice guinéenne. Il demande juste aux magistrats qui auront la charge de ces dossiers de se laisser guider par la loi. 

« Nous faisons confiance en la justice guinéenne. Nous misons sur le sens élevé de responsabilité des magistrats qui seront à la charge de ces dossiers. Nous osons espérer qu'ils se laisseront guider par leur conscience et par la loi et qu'aucune force extérieure pour quelque mobile que ce soit ne pourra influencer leurs convictions. Ils vont juger le dossier des massacres du 28 septembre mais qu'ils n'oublient pas qu'ils seront aussi jugés dans l'au-delà », a laissé entendre l'avocat. 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Samedi 17 septembre 2022 à 18:29