Le maire déchu de Dogomet dénonce un complot : "Je n'ai rien détourné..."

Dabola
Moustapha Camara, maire déchu de Dogomet
Moustapha Camara, maire déchu de Dogomet

DABOLA- Dans la nuit du lundi 5 septembre 2022, le colonel Mamadi Doumbouya a dissous dix-sept (17) communes rurales et urbaines. Les collectivités dissoutes sont accusées de mauvaise gestion et détournement des ressources. Elles s’exposent toutes à des poursuites judiciaires. Parmi les communes dissoutes, celle de la commune rurale de Dogomet située à 40 kilomètres de son chef-lieu Dabola, région de Faranah.

Dans cette localité, le maire déchu, Moustapha Camara accuse des jeunes natifs de sa localité basés à Conakry d'avoir monté un complot contre lui. Cet élu local dénonce un acharnement et met au défi ses détracteurs de prouver les accusations portées contre lui. Notre correspondant dans la région de Mamou, l’a rencontré.

« Toute chose a un début et une fin. Ce n'est pas Dogomet seulement qui a été dissous. Mais ce que je regrette, il n'y a pas eu d'audit ni d'inspection pour dire que c'est à cause du détournement d’un x montant que la commune a été dissoute. Les gens qui m'accusent de détournement, ce sont des jeunes natifs d'ici qui veulent qu'une délégation spéciale soit mise en place et qu’eux soient à la tête.

Comment peut-on détourner pendant que depuis très longtemps nos comptes sont gelés ? C’est purement politique. C'est pour salir et ternir l'image de la commune de Dogomet. Je ne me reproche de rien et je n'ai rien détourné », s'est défendu le désormais ex maire de la commune rurale de Dogomet.

Contrairement aux propos du maire déchu, son adjoint Thierno Mouctar Barry, lui aussi destitué, admet que la gestion de l'exécutif communal n’était si saine. Il dénonce une gouvernance opaque.

« En 2019, on a constaté que le pont risquait de céder. On s'est retrouvé à la commune et on a décidé d'y faire face. Le maire m'a mandaté avec un certain Mamadou Diallo, conseiller communal de gérer ces travaux. En ce moment, on n’avait pas de l'argent encaissé. Le conseiller communal avec lequel j'étais, est un conducteur de camion benne. Il a transporté tous les agrégats.

C'est lui-même qui a pris de l'argent avec un commerçant en ville pour l'achat du ciment et des fers à béton. Il a cherché un maçon. On a financé 26 millions et quelques pour l'achat du matériel et la main d'œuvre. J'ai tous les documents dans mon bureau. Mais je ne connais pas où se trouve le reste de l'argent décaissé », s’interroge l’élu.

Une coopérative de femmes qui avait sollicité l'appui de la commune rurale dans le cadre de la réalisation de ses activités agricoles a également dénoncé une gestion douteuse à la tête de la commune dissoute.

« Il n’y a rien de politique dans cette affaire. On était 23 conseillers tous issus du même parti (RPG arc en ciel). Beaucoup d'actions s'entreprennent à la commune mais rien ne se concrétise sur le terrain. Le maire refuse d’associer les autres, c'est pourquoi on a attiré l'attention de nos responsables. Parce qu'on ne pouvait pas continuer de cette façon. Il n’y a rien de politique dans cette affaire parce qu’on est tous issus de l'ex parti au pouvoir. 

On avait pris des engagements envers la population qui n’ont pas été honorés à 100%. Moi je voulais démissionner depuis l'année dernière. Mais certains m'en ont empêché. Ce jour je les avais avertis que s'il y a malversation, je vais dénoncer (…) Maintenant que le conseil communal a été destitué, on attend l'arrivée de la délégation spéciale pour poursuivre les activités qu'on avait entamée », a confié ce conseiller communal, proche de l'ex vice maire de Dogomet.

Affaire à suivre

Habib Samakè

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 13 septembre 2022 à 20:32