Guinée Games : Tricherie, mensonges, rébellion…(Par Fodé Abass Sylla)

Libre opinion

{Tribune} Depuis le Décret D/2022/N0236/PRG/CNRD/SGG du 13 Mai 2022 complétant le Décret N°028/2000/PRG/0236/PRG/SGG du 28 mars 2000, créant la société publique chargée de l’organisation, de la gestion et de l’exploitation de toutes les formes de loterie, de jeux, de pronostics et assimilés en République de Guinée, la Direction Générale de Guinée Games,  gangrenée par la mauvaise foi contrairement à celle de la Guinéenne des Jeux, a délibérément opté pour la sourde oreille, le nihilisme, le mercenariat médiatique, et maintenant la guérilla urbaine violente pour empêcher à tout prix la Lonagui d'appliquer sereinement le décret du Chef de l’État, son Excellence Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition.

Par le folklore produit hier par les trois "chimistes" de son laboratoire de falsification des chiffres, la Direction de Guinée Games exhume son vrai visage jusque là enfoui.  Entre les communiqués clamant son innocence quand elle sent le danger et les actions de défiance sur le terrain, le voile est levé sur le triptyque tricherie, mensonge et rébellion permanent de la direction de Guinée Games qui finance dans l'ombre les agissements et les actes de vandalisme contre l'application de ce décret de grande utilité pour toute la Nation. Il est temps que les autorités de la Transition sévissent contre cette chienlit entretenue par un groupuscule.

N'était-il pas préférable pour les sieurs Souleymane Baldé, Mohamed Diariatou Camara,  et Ibrahima Sory Camara, respectivement responsable des finances et responsable commercial de Guinée Games de garder le lit, demeurer rares sans jamais paraître devant les caméras, tout au moins sur le transfert à la Lonagui de ses droits, que de prétexter  "la sortie médiatique du directeur de la loterie nationale de Guinée, LONAGUI"  et "la fermeture de leur entreprise" pour brutalement se réveiller avec à la bouche des contre-vérités et mensonges qui rattrapent aujourd'hui Guinée Games ?Généralement, la réponse est à l'affirmative.

En martelant « Nous sommes en règle. Nous payons nos redevances, nos taxes vis-à-vis des impôts », monsieur Souleymane Baldé, responsable financier de Guinée Games ne dit rien de consistant de nature à déconstruire une ligne soit peu les arguments éclaircissant du directeur de la Lonagui, monsieur Mohamed Baba Sylla, encore moins injustifié le bien fondé de la vision du Chef de l’État, son Excellence Colonel Mamadi Doumbouya, d'utiliser désormais les ressources générées par les jeux, la loterie dans des programmes de développement socio-économiques.

Quoi de plus normal qu'une entreprise s'acquitte de ses obligations fiscales. Encore, faut-il le faire correctement avec les vrais chiffres, mais ça c'est un autre débat que le fisc appréciera le moment venu.  Pour l’heure, Invité du journal télévisé du dimanche sur le plateau  de Koloma, le directeur général de la LONAGUI (Loterie nationale de Guinée), monsieur Mohamed Baba Sylla, a donné d’utiles précisions à propos de prise en main de sa direction de la commercialisation de toutes les formes de loterie et de paris sportifs en réseau physique de distribution.

«La nouvelle vision des nouvelles autorités est de faire du secteur des jeux un véritable levier de développement à travers le financement des activités sociales et culturelles. La construction de dispensaires, d’écoles, de bibliothèques, de centres de sports fait partie des objectifs assignés au secteur des jeux de hasard.

 Or, quand on compare ce qui se passe dans les pays environnants, en Côte d’ivoire, la LONACI génère un chiffre d’affaire de près de 500 millions d’euros en 2021…au Burkina, 200 millions de dollars alors que les entreprises qui exploitaient ces segments physiques en République de Guinée, en 2021, gêneraient moins de 30 millions de dollars».

Déconstruction pour déconstruction, que la direction de Guinée Games démontre ici et maintenant que les chiffres avancés par le Directeur de la Lonagui sont inventés et ne reflètent pas la réalité. Que la volonté du chef de l’Etat, son Excellence Colonel Mamadi Doumbouya de réorienter les recettes dans le financement des actions d'utilité publique est une billevesée. Pour l'écrasante majorité des populations guinéennes, des jeunes et femmes qui ne bénéficient pas de l'altruisme chanté de monsieur Souaré de Guinée Games, cette politique du Président du CNRD est louable. Comme le souhaite la lonagui, cette initiative Présidentielle dont l’unique but est la réorientation des revenus générés par l’exploitation de toutes les formes de loterie, de jeux, de pronostics et assimilés dans l’intérêt exclusif des parieurs, des revendeurs et plus généralement de la Nation Guinéenne et de ses populations telle que définie dans la Politique de Refondation du CNRD exige la compréhension, la disponibilité et de tous pour sa réussite. 

Le choquant constant est que près de deux décennies, des millions de dollars ont été collectés par un clan sur le dos des pauvres parieurs Guinéens sans aucun investissement créateur d'emplois pour les jeunes, les femmes, le moindre financement d'un projet de développement d'une des 16 000 localités de la Guinée. Le vrai enjeu est à ce niveau monsieur Souleymane Baldé et vous n'avez pas qualité à '’inviter amplement le chef de l’Etat à demander à la Lonagui de déposer les 600.000.000gnf dans les caisses de l’Etat ou au trésor public pour qu’il ait la traçabilité".  

Son Excellence Colonel Mamadi Doumbouya est assez bien placé pour évaluer en priorité les performances des premiers jours de la Lonagui avec moins de 1500 kiosques contre les 5000 déclarés de Guinée Games. 

Pour votre gouverne, au moment même où vous refusiez l'occasion propice de garder le silence et d'observer comme des adultes raisonnables, LONAGUI avec moins de 1500 kiosques franchissait pour la première fois en Guinée la barre symbolique de plus de 1 milliard recettes jour.  Alors ou vous êtes de mauvaise foi ou vous ne maîtriser pas vos propres finances.

Les chiffres seraient si cachés à Guinée Games ?

Probable dans la mesure où la déclaration devant les journalistes a révélé l'honnêteté du directeur commercial, monsieur Mohamed Diariatou Camara qui a dévoilé le vrai nombre des kiosques 7500 au lieu des 5000.

Après tout ces carambolages qui masquent mal une politique de tricherie, le bons sens recommande de soutenir le décret présidentiel. Pour un geste personnel, il est scabreux que d'aucuns, à l'image du groupe d'artistes sous la férule de Sekouba Kandja, s'évertuent en avocats de cette forme maléfique de vol, de détournement et de pillage de l'argent du Guinéen. Plutôt que de se perdre dans l'idiotie voulant perpétuer la caporalisation de l'argent des Guinéens, tout le monde devrait s'interroger sur la véracité des chiffres officiels de Guinée Games. 

Comme le jeune Guinéen de Suisse, Alseny Sylla,  il faut féliciter "la décision des autorités de privilégier l’intérêt général et non l’intérêt de Antonio SOUARÉ et ses travailleurs en oubliant des millions de parieurs qui privent leur famille parfois des dépenses pour aller jouer. Voler l’argent public ou corrompre pour créer des emplois, faire des dons dans les lieux de culte ou aux artistes ….ne fait pas d’une personne un ange ou béni. Nous devons comprendre cela car nous avons tous l’obligation de rendre notre pays meilleur." Le reste n'est que dissertation. La direction de Guinée Games prêche aujourd'hui dans le désert. 

La date butoir d'entrée en vigueur du décret Présidentiel était connu, donc la déconnexion des machines programmée. Si la direction de Guinée Games a refusé de soumettre à cette décision qui s'applique à la Guinéenne des Jeux également, elle peut en vouloir aujourd'hui qu'à elle-même. Elle a tout fait pour défier l'autorité du Chef de l’État. Elle doit en assumer toutes les conséquences. La LONAGUI n'a jamais cessé de l'inviter au dialogue de la négociation, elle a préféré les manipulations qui se retournent contre elle aujourd'hui avec les actes de vandalisme commis par de groupuscules de jeunes drogués à sa solde dans quelques quartiers. La refondation ne ménage aucune forme d'abus.

Fodé Abass Sylla

Créé le Mercredi 17 août 2022 à 18:29