Djanii Alpha tance le CNRD : "Ils n’ont pas envie de partir…mobilisons-nous !"

Bruxelles
Djanii Alpha s'exprimant devant des partisans du FNDC à Bruxelles
Djanii Alpha s'exprimant devant des partisans du FNDC à Bruxelles

BRUXELLES-Le rappeur guinéen Djanii Alpha, a tancé ce dimanche 14 août 2022 les dirigeants du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement).

En mage d’une manifestation tenue dans la capitale européenne « Bruxelles », le responsable de la promotion de la citoyenneté active du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), a accusé la junte de vouloir confisquer le Pouvoir et de perpétuer la dictature.

« Il faut que les guinéens comprennent qu’on ne peut pas s’improviser Homme d’État. On ne peut pas se lever du jour au lendemain et décider de diriger un pays. Aujourd’hui en Guinée, on est en train d’assassiner des citoyens, comme au temps d’Alpha Condé, ce n’est pas normal. Il faut dire non.

Au temps d’Alpha Condé, on kidnappait des gens et on les enfermait. Aujourd’hui, on est en train de faire exactement la même chose à des guinéens. La preuve : Foniké Mengué, Saikou Yaya, Ibrahima Diallo et d’autres guinéens anonymes sont en prison », dénonce le rappeur devant une foule de partisans du FNDC rassemblée à la place emblématique « rond-point Robert Schuman » (Bruxelles).

Lire aussi-Guinée : Le FNDC est "dissout", selon un arrêté de Mory Condé…

Le FNDC a été dissous par le Gouvernement en début août sous prétexte que son mode opératoire se résume par des actions violentes au cours des manifestations et de mettre en péril la paix publique et le vivre-ensemble. Des arguments que réfute Djanii Alpha.

« On accuse le FNDC de privilégier les manifestations. Ce n’est pas vrai. C’est notre dernier recours. Si nous avons commencé à organiser des manifestations, c’est parce que le CNRD refuse le dialogue. Il n’a envie de discuter qu’avec des personnes qui sont d’accord avec son calendrier caché (…). Les dirigeants du CNRD disent qu’ils vont lutter contre les crimes économiques. On a applaudi.

Lire aussi-Le FNDC mobilise à Bruxelles : "A bas la dictature...vive la démocratie", scandent les manifestants

Mais s’ils sont sincères, pourquoi refusent-ils de déclarer leurs biens ? Avant le 05 septembre ils avaient quoi ? Ils refusent de nous le dire. Ça veut dire qu’ils ont l’intention de s’enrichir sur le dos du contribuable. Ils disent que c’est eux qui dirigent le pays. D’accord. Mais qui sont-ils ? Qui sont les membres du CNRD ? On ne les connait pas. Il faut qu’on le sache pour que demain si la transition réussit, le peuple de Guinée saura qui féliciter. Si elle ne marche pas, il saura qui blâmer. Est-ce que ça c’est trop leur demander ?

La transition n’a pas un an, on a déjà cinq morts

Donc, aujourd’hui nous devons rester mobiliser. Parce qu’ils nous ont montrer leur intention de confisquer le Pouvoir. Ils n’ont pas envie de partir alors qu’ils ne sont pas élus. Personne ne les a choisis. La transition n’a pas encore un an. Les 28 et 29 juillet, il y a eu cinq morts. Après ils partent kidnapper de paisibles citoyens. Jusqu’à présent ils sont incapables de trouver ceux qui ont tué. Il faut qu’on reste mobilisés pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel, en laissant les guinéens à choisir leurs dirigeants. C’est la base de la démocratie », a lancé ce responsable du FNDC.

Est-ce que je vais fuir Alpha Condé et fuir Doumbouya ?

Accusant la junte d’avoir l’intention de mettre toutes les personnes capables d’éveiller les consciences en prison ou les pousser en exil, Djanii Alpha avertit que ça ne passera plus.

« Moi Djanii Alpha, j’avais fui. Aujourd’hui toutes les personnes que je croise me disent ne retourne pas en Guinée, demande des papiers. Est-ce que je vais fuir Alpha Condé et fuir Doumbouya ? Doumbouya est venu sans que personne ne lui demande parce qu’il s’est dit que ce que Alpha faisait n’était pas normal. Il m’a demandé de rentrer. Les mêmes raisons qui m’avaient poussé à fuir Alpha est-ce que je fuir encore Doumbouya ? Il y a quelque chose qui ne va pas.

Leur intention, c’est de mettre toutes les personnes capables d’éveiller les consciences en prison ou les pousser en exil. On ne l’acceptera pas. La Guinée est un bien commun. Personne n’a le monopole de l’amour pour ce pays. Restons mobilisés », a-t-il appelé.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 14 août 2022 à 20:07