La Haye : Le bureau du Procureur de la CPI adresse un message à Doumbouya

Guinée
Karim Khan, Procureur de la Cour Pénale Internationale et le colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition guinéenne, Photomontage Africaguinee.com
Karim Khan, Procureur de la Cour Pénale Internationale et le colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition guinéenne, Photomontage Africaguinee.com

CONAKRY-Le Bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) a adressé un message au Président de la Transition guinéenne, accusé récemment par le FNDC -d'être un des cerveaux de la violation des droits humains en Guinée-.

Selon le Garde des Sceaux, Charles Alphonse Wright, le Bureau du procureur Karim Khan a félicité le colonel Mamadi Doumbouya pour sa volonté affichée d’organiser le procès du massacre du 28 septembre 2009appris Africaguinee.com de sources officielles.

« Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a fait part des félicitations adressées par le bureau du procureur de la Cour Pénale Internationale à son Excellence Monsieur le Président de la Transition pour sa volonté affichée et les bonnes dispositions prises en vue de l’organisation du procès des massacres au stade du 28 septembre 2009 », lit-on dans une note officielle du Gouvernement guinéen. 

Des faits…

Le 28 septembre 2009, une manifestation des forces vives, avait été réprimée dans le sang au stade de Conakry, par la garde prétorienne composée de bérets rouges. La Guinée était dirigée par une junte militaire, à sa tête le capitaine Moussa Dadis Camara. Pendant ces exactions, plus de 150 guinéens avaient été étaient tués, plus de 100 femmes violées, des milliers d’autres personnes blessées et des portés disparus, selon une enquête indépendante menées par des experts des Nations-Unies.

L’instruction de ce dossier qualifié de « crime contre l’humanité » a duré des années, mais elle a abouti à l’inculpation d’une dizaine de personnes dont l’ancien chef de la junte de l’époque, Moussa Dadis Camara, lequel a appelé en décembre dernier à la tenue rapide du procès.

Lire aussi-Conakry : La junte accusée d’"exactions" et de "ratissage ciblé" à Ratoma…

L’instruction a été close depuis 2017 et les inculpés ont été renvoyés devant le tribunal criminel de Dixinn pour jugement. Face aux atermoiements des autorités de Conakry d’ouvrir le procès, une « énième » mission de la Cour Pénale Internationale conduite le chef de la coopération internationale du bureau du procureur, a séjourné à Conakry fin novembre 2021.  A l’époque, les émissaires du Procureur de la CPI Karim Kahn avaient tapé du poing sur la table, donnant un ultimatum de trois mois au Gouvernement guinéen, sans quoi la CPI allait reprendre le dossier.

« La Guinée est une priorité pour le procureur Karim Kahn, il veut véritablement la mise en œuvre d'une complémentarité effective. Espérant que la Guinée va montrer à la face du monde, à l'Afrique, qu'elle est capable elle-même de juger ce dossier. Mais ce que Karim lui-même dit aussi est très clair :  ils (les autorités guinéennes, ndlr) le font ou je le fais. Et donc, le moment est venu pour la Guinée (d’agir) », avait averti en novembre Amady Bâ.

Dans le sillage de cette visite, les autorités de Conakry avaient tenu une promesse d’ouvrir le procès du massacre du 28 septembre dans un “bref délai”, au plus tard fin mars 2022. Mais à l’arrivée, cet autre rendez-vous n’avait pas été tenu.

Lire aussi-Procès des tueries du 28 septembre 2009 : Mamadi Doumbouya fixe un délai à Charles Wright

Il a fallu attendre mi-juillet pour que le Président de la Transition se « réveille » donnant des instructions fermes au Garde des Sceaux d’organiser le Procès d’ici la prochaine commémoration (28 septembre) de ces douloureux évènements. Depuis, les préparatifs bon train.

Il faut cependant rappeler ce message de « félicitations » adressé au colonel Mamadi Doumbouya par le Bureau du Procureur tombe dans un contexte très pollué pour les Droits humains en Guinée. Cinq civils ont été tués la semaine dernière lors d’une manifestation interdite par la Junte. En réaction, le FNDC à l’origine de cette mobilisation dit avoir déposé un signalement à la CPI (qui n’a pas encore réagi). Le Chef de la junte est en tête de liste.

A suivre…

Focus Africaguinee.com

Créé le Vendredi 05 août 2022 à 21:23