Conakry : La junte accusée d’"exactions" et de "ratissage ciblé" à Ratoma…

Guinée

CONAKRY-Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a accusé ce jeudi 4 août 2022, le CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement) d’opérer un ratissage ciblé dans de nombreux quartiers de la capitale guinéenne notamment dans la Commune de Ratoma.

Le mouvement citoyen à l’origine des premières manifestations organisées contre la junte accuse une « milice » à la solde du CNRD de se « livrer à toutes formes d'exactions physiques et psychologiques sur les populations de la zone de Ratoma ».

« Depuis la réquisition des Forces de Défense et de Sécurité par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), Mory Condé, dans la nuit du 29 au 30 juillet, nous assistons à un ratissage ciblé dans de nombreux quartiers de la capitale guinéenne notamment dans la Commune de Ratoma où la milice du CNRD se livre à toutes formes d'exactions physiques et psychologiques sur les populations de cette zone », a dénoncé le FNDC.

Lire aussi-Guinée : La junte décide d'ouvrir un nouveau front dans le Grand Conakry…

A propos de cette opération en cours dans le Grand Conakry, les autorités militaires parlent de patrouilles visant à "mettre hors d'état de nuire tous les fauteurs de troubles retranchés dans les zones devenues criminogènes". L'objectif est de "sécuriser les populations". 

Cette action tranche avec les discours officiels faisant de la justice la boussole et de la réconciliation nationale une pierre angulaire de la transition, fait observer le mouvement.

Allégations de tortures

« Le FNDC dénonce avec vigueur et fermeté ces ciblages, ces exactions inhumaines et barbares dont des mineurs et leurs parents injustement arrêtés par les Forces de Défense et de Sécurité sont torturés et contraints à payer des rançons pour être libérés », ajoute le mouvement citoyen dirigé par Oumar Sylla Foniké Mengué.

La Coordination nationale du FNDC réitère aussi son appel à l’ouverture sans délai d’un cadre de dialogue sincère et inclusif, à la libération des détenus politiques, sociaux et des citoyens pro démocratie, à l'ouverture d'enquêtes indépendantes sur les nombreuses violences militaires ainsi qu’à l’arrêt de l’instrumentalisation de la Justice et de l’armée.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 04 août 2022 à 19:33