Répression des manifestations en Guinée: Après la CPI, vers une saisine du Parquet de Paris?

Guinée
Des agents de la police déployés pour le maintien d'ordre à Conakry le 28 juillet 2022
Des agents de la police déployés pour le maintien d'ordre à Conakry le 28 juillet 2022

CONAKRY-En Guinée, le bras de fer ouvert entre le CNRD (comité national du rassemblement pour le Développement), la junte militaire au Pouvoir et le FNDC (front national pour la Défense de la constitution) est loin de finir.

Après le signalement qu’il a décidé d’adresser à la Cour Pénale Internationale (CPI), le mouvement citoyen à l’origine du déclenchement de la lutte pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel en Guinée, entend ouvrir une autre ligne de front contre certains dignitaires de la junte.

D’après nos informations, les avocats du FNDC travaillent sur une série d’éléments considérés comme des preuves de la répression sanglante des manifestations. Ils entendent les déposer au bureau du Procureur de la CPI, dans un bref délai. Ce n’est pas tout. Une note accompagnera ces fichiers. Le FNDC n’entend pas se limiter là, d’après nos informations. En plus de ce signalement, une plainte sera déposée au Parquet de Paris contre certains hauts dignitaires de la Junte.

Pendant ce temps, au plan interne, le FNDC mouvement intensifie les messages d’alerte. Dans un communiqué publié ce mercredi 03 août, il a invité tout le corps diplomatique accrédité en Guinée, les investisseurs et les sociétés minières à tirer les leçons de l’instabilité politique, sociale et juridique encouragée, selon lui, par le CNRD et le gouvernement. Appelant à un moratoire sur tous les contrats miniers et toute forme de coopération économique qui implique le CNRD et son gouvernement, le FNDC rappelle aux entreprises minières et aux investisseurs que le régime actuel est illégal et illégitime.

« En vue de préserver nos intérêts mutuels à moyen et à long terme, le FNDC invite les sociétés minières et les investisseurs à la vigilance et à un sens élevé de la responsabilité. Dans le cas contraire, les sociétés minières et les investisseurs nationaux et étrangers assumeront la responsabilité quant à une possible annulation de tous les contrats signés avec le CNRD et son gouvernement par les futures autorités légales et légitimes », a averti le FNDC indiquant que ses avocats adresseront une lettre à toutes les compagnies minières et aux représentations diplomatiques afin de les inviter à assumer leur responsabilité sociale et morale face à la situation de crise qui prévaut en Guinée.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 03 août 2022 à 13:08