Guinée : La Junte convoque des Diplomates du G5 suite à des critiques sur les violences…

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et le chef de la diplomatie guinéenne, Dr Morissanda Kouyaté
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et le chef de la diplomatie guinéenne, Dr Morissanda Kouyaté

CONAKRY-Des diplomates du G5 Guinée, réunissant -la France, l’UE, l’ONU, les Etats-Unis, la Cedeao-, ont été convoqués ce lundi 1er août 2022 à Conakry par le ministre des Affaires Étrangères, suite à des critiques liées aux répressions sanglantes d’une manifestation non autorisée par la Junte.

Ce dimanche 31 juillet, le G5 a exprimé sa vive préoccupation sur les événements de ces derniers jours, dont la tournure violente a causé la perte de vies humaines, de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels.

Dans son communiqué largement relayé dans les médias et les réseaux sociaux, le G5 a déploré le recours excessif à la force et l'utilisation alléguée d'armes létales pour le maintien de l’ordre. Le G5 a aussi suggéré au Gouvernement de la Transition de diligenter une enquête sur les violations et abus des droits de l'homme. Des critiques qui passent très mal aux yeux de Conakry qui rappelle à la communauté internationale qu’il n’a pas de leçons à recevoir. Le Chef de la Diplomatie Guinéenne qui a reçu ces diplomates n’est pas passé par le dos de la cuillère pour rappeler à l’ordre ces diplomates.

"Il y a des choses à préciser à l’attention de la communauté internationale. Quand on parle de l'enquête, j'insiste sur le fait que ce n'est pas à ce Gouvernement qu'on demande une enquête. Pour la première fois qu'il y a eu mort d'homme ici pendant une manifestation et que l'on ait identifié la personne qui a tué et qu'on ait condamné cette personne, c'est au temps du Colonel Mamadi DOUMBOUYA. Et le procureur Général à l'époque Charles Wright l'a fait. Tout le monde a applaudi.

On n’apprend pas à un Etat souverain, on ne lui dit pas de faire une enquête. C'est son rôle de le faire. Ça n'avait pas lieu dû être", répliqué indiqué Dr Morissanda Kouyaté. 

Suites aux manifestations, le ministre de l'Administration du territoire et de la décentralisation a réquisitionné l'armée. Des nombreux militaires sont déployés sur les axes où se sont produits les manifestations. Une décision qu'a justifié le ministre devant les partenaires. 

"Les armes létales, on a parlé de l'armée, de la gendarmerie et de la police. Il faut savoir aussi que j'ai insisté auprès de nos partenaires quand on réquisitionne l'armée, c'est qu'il y a une graduation. C'est quand la police est débordée on fait appel à la gendarmerie et quand celle-ci est débordée on réquisitionne l'armée. A plusieurs fois on a vu l'armée dans les aéroports de Paris, Bruxelles avec des armes létales. On les voit là-bas mais ce n'est pas pour tuer mais pour protéger les gens. Donc nous aussi quand nous sortons l'armée ce n'est pas pour tuer, c'est pour protéger.  J'ai donc insisté sur le fait que ce sont eux qui ont formé nos armées et ils ne les ont pas formées pour tuer mais protéger et l'intégrité" a expliqué le ministre. 

Ne pas se laisser manipuler

« Nous devons tous travailler à apaiser ce pays. Et le gouvernement, et les partenaires, nous devons tout faire pour ne pas se faire manipuler parce qu'il y a des forces qui manipulent. Nous avons des canaux habituels de discussions avec nos partenaires qui sont accrédités auprès du Gouvernement guinéen. Ces hautes personnalités ne sont pas accréditées auprèes de Facebook mais plutôt auprès de notre gouvernement. Et nous ne voulons pas que les réseaux sociaux prennent en otage nos relations », a averti Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l'intégration Africaine et des Guinéens de l'étranger. 

A suivre...

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28 

Créé le Mardi 02 août 2022 à 1:18