Cinq morts à Conakry : "Toute la lumière sera faite…", rassure le Gouvernement

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-Acculé par la communauté internationale, le Gouvernement de transition mis en place par junte militaire au Pouvoir en Guinée, s’est engagé ce lundi 1er août 2022 à faire toute la lumière sur les évènements malheureux de ces derniers jours et qui ont une nouvelle fois endeuillé des familles dans le pays. Il insiste toutefois sur la nécessité absolue de mener à bout le processus de refondation l'Etat avant le retour à vie constitutionnelle normale.

Cinq morts ont été enregistrés les 28 et 29 juillet dernier en marge d’une manifestation non autorisée qui a viré en violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants dans certaines rues de la capitale Conakry. Il s’agit de la première mobilisation contre la junte depuis l’arrivée de Mamadi Doumbouya au Pouvoir. Cette manifestation interdite a été réprimée dans le sang. La Communauté internationale a exhorté les autorités de la transition à faire toute la lumière sur ces évènements. C’est justement ce que promet l’exécutif guinéen.

Lire aussi-Violences à Conakry : Le Parquet Général annonce l’ouverture d’enquêtes sur les cinq cas de morts...

« Toute la lumière sera faite autour de ces évènements qui fragilisent davantage le processus de construction démocratique de notre nation par le fait regrettable d'une poignée de personnes sans titre ni droit conformément aux règlementations des organisations de la société civile en République de Guinée", s’est engagé le Garde des sceaux au nom du Gouvernement guinéen.

Quelques heures plutôt, le Parquet Général a annoncé l’ouverture d'enquêtes préliminaires contre X pour identifier les présumés auteurs des infractions de meurtres, coups et blessures volontaires, pillage et d'incendie volontaire.

Ce lundi 1er août 2022, le Ministre de la Justice garde des sceaux, au nom du Gouvernement Guinéen a aussi déploré l'utilisation des enfants pour des fins politiques lors des manifestations. Au total, quatre-vingt (80) enfants mineurs ont arrêtés lors des manifestations du 28 et 29 juillet.  Ils ont été déférés selon parquet général près la Cour d'Appel de Conakry devant le tribunal compétent.

Les autorités guinéennes réaffirment leur l’attachement au respect des droits de l'Homme, plus particulièrement, ceux des enfants, conformément au droit interne et à ses engagements internationaux (Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples, la convention internationale relative aux droits des enfants, la charte africaine du droit et du bien-être de l'enfant...).

"Le Gouvernement déplore, à travers le ministère de la Justice en charge de la protection judiciaire des mineurs que ces manifestations, au demeurant interdites, aient eu lieu au moment où le Gouvernement s'est engagé dans la négociation avec la CEDEAO pour une transition réussie et apaisée dans notre pays(…) », a fustigé M. Charles Alphonse Wrigth.

Appel au dialogue…

Le Gouvernement exhorte toutes les forces vives de la nation à privilégier le dialogue et la concertation afin de permettre au pays de sortir de la transition de façon honorable, pour un retour à une vie constitutionnelle souhaitée par tous, sans occulter la nécessité absolue de refonder l'Etat pour le bien de tout le peuple de Guinée.

« Le gouvernement assurera, dans la limite de la loi, l'exercice des droits et libertés des citoyens et s'engage à assurer à tous les citoyens, la protection qu'ils méritent contre toutes formes de violences », a rassuré M. Wright.

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28 

Créé le Lundi 01 août 2022 à 21:59