Cas des contremanifestants : La Police rejette les accusations portées contre elle et précise…

Conakry
Des policiers déployés pour le maintien d'ordre à Conakry, le 28 juillet 2022
Des policiers déployés pour le maintien d'ordre à Conakry, le 28 juillet 2022

CONAKRY-Accusée d’avoir impliqué des jeunes contremanifestants dans le maintien d’ordre, la Police vient d’apporter des précisions.

Interrogé ce lundi 1er août 2022 par Africaguinee.com, le Colonel Mory Kaba, Directeur adjoint des services de communication du ministère de la Sécurité et de la Protection civile a rejeté les accusations portées contre la Police quant à l’utilisation de contremanifestants dans le maintien d’ordre.

Lire aussi-Heurts sur l’Axe le Prince : La Police fait le point de la situation à la mi-journée …

« Nous travaillons professionnellement, nous avons suffisamment de moyens pour remplir correctement notre mission, sans se faire assister par ces contremanifestants », a indiqué l’officier.

Ce qui s’est passé à Nasroulaye (Cosa)…

Au quartier Nasroulaye (Cosa), une famille qui a été victime d’agression les 28 et 29 juillet accusé la police d’avoir « importé » des loubards pour venir semer la « terreur » chez elle.

Interpelé sur ces accusations, le Directeur adjoint des services de communication du ministère de la Sécurité et de la Protection civile explique ce s’est passé.

« Ce sont des jeunes qui viennent d’ailleurs jeter des pierres, ériger des barricades. Quand les policiers viennent intervenir, ce sont les habitants du quartier qui paient le pot cassé avec notamment l’effet du gaz lacrymogène. Les familles riveraines ont vérifié et ont trouvé que les jeunes qui font ça ne sont pas de leur quartier.  

Ayant fait ce constat, les jeunes du quartier ont pris des dispositions pour ne pas que d’autres jeunes viennent dans d’autres quartiers semer des troubles chez eux et par après, ce sont eux qui subissent les conséquences.

Lire aussi-Nasroulaye « Cosa » : Des "policiers aidés par des contre manifestants" accusés de graves exactions

C’est dans ces circonstances qu’il y a eu contremanifestations aux alentours du camp (Alpha Yaya Diallo). Il a fallu même l’intervention des forces de défense et de sécurité pour disperser les deux camps. Quand c’est comme ça, on ne peut pas accuser la police d’avoir amené des gens pour l’assister.

Situation similaire à Bagataye

La même situation s’est passée à Bagataye le 28 juillet. Là aussi, il y a eu des contremanifestants qui sont sortis. Ils ont dit qu’ils ont un pacte (avec les jeunes venant de Bambéto) : les manifestants ne doivent pas dépasser la mosquée de Bambéto, parce que selon eux ce n’est pas tout le monde qui se sent concerné par les manifestations. Ce n’est pas orchestré par la police, ça n’a rien à voir avec la Police », a expliqué l’officier.

A suivre...

Africaguinee.com

Créé le Lundi 01 août 2022 à 14:31