Guinée: Le siège du parti de Cellou quadrillé par la Police...

Guinée
Un pickup de la police stationné à l'entrée du siège de l'UFDG
Un pickup de la police stationné à l'entrée du siège de l'UFDG

CONAKRY-Se dirige-t-on vers la fermeture des sièges de certains partis politiques en Guinée ? La junte militaire dirigée par le colonel Mamadi Doumbouya est-elle en train de se « radicaliser » ?

Au lendemain de l’arrestation du coordinateur national du FNDC, Oumar Sylla Foniké Mengué, des pick-ups de la police sont visibles ce samedi 30 juillet 2022 au niveau des sièges de certaines formations politiques.

C’est le cas de l’UFR (Union des forces républicaines), de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), des anciens Premiers ministres, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo.

Les sièges de ces partis situés respectivement à Matam et à la Minière, sont quadrillés par la police, alors qu’ils avaient tous annoncés la veille, un report de leur traditionnelle assemblée générale.

« Les pick-ups sont là depuis 06h du matin. Peut-être qu’ils redoutaient de nouvelles manifestations ce samedi, mais on attend de voir jusqu’à demain. Mais si c’est de l’intimidation, c’est peine perdue », a confié à Africaguinee.com, Joachim Milimouno, Directeur de la Cellule de Communication de l’UFDG.

Le déploiement de ces pick-ups intervient alors qu’une partie de la capitale, Conakry a été le théâtre ces dernières 48h de violences ayant entrainé des morts suite à une manifestation appelée par le FNDC et qui était interdite par la Junte.

Ces deux formations politiques, l’une des plus représentatives du pays, ont exprimé leur soutien à la manifestation non autorisée du FNDC.  

Selon Sékou Koundouno, Oumar Sylla Foniké Mengué arrêté dans la nuit du vendredi 29 août a été « transféré du camp kalia au siège du Haut commandement de la Gendarmerie dirigé par le Colonel Balla Samoura à Kaloum ».

Dans un communiqué publié tard dans la nuit du vendredi, le Gouvernement de transition à travers le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, a justifié la réquisition de l’armée. Mory Condé a appelé à la retenue. « C'est le moment d'en appeler aux personnes éprises de paix à faire preuve de retenue, de compréhension et de sagesse pour la consolidation de la paix et de l'unité nationale », a dit le ministre.

Depuis mai dernier, toutes les manifestations sont interdites sur la voie publique. Une interdiction qui a davantage contribué à raviver les tensions dans le pays, moins d'un an après la chute d'Alpha Condé.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Samedi 30 juillet 2022 à 14:54