Fatoumata Binta Diallo, épouse du 1er imam de Bomboli : "Comment mon mari a été arrêté par des gendarmes…"

Conakry
Madame Fatoumata Binta Diallo
Madame Fatoumata Binta Diallo

CONAKRY-Elhadj Mouctar Bah, premier imam de la mosquée de Bomboli a été arrêté vendredi 29 juillet, à son domicile par des gendarmes, selon ses proches interrogés par Africaguinee.com. Les faits se sont déroulés aux environs de 19h 30’, juste après la prière du crépuscule. 

Selon son épouse Madame Fatoumata Binta Diallo, il (le premier imam de la mosquée de Bomboli, ndlr) venait juste de rompre le jeûn quand des gendarmes ont surgi à leur domicile. Ils ont d’abord arrêté son fils avant de l’embarquer.

"Mon fils revenait de la prière de 19heures. Arrivé à la porte de notre Cour, des gendarmes l'ont arrêté là. Son frère qui était dans la cour a alerté son papa. Mon mari s'est aussitôt levé pour aller dire aux agents de libérer l'enfant mais ils n'ont pas accepté. Après, ils sont rentrés dans la cour pour arrêter mon époux et trois autres jeunes. Ils ont arrêté en tout cinq (5) personnes ici y compris mon mari" a-t-elle expliqué. 

Le premier jeune qui a été arrêté venait de la mosquée après la prière du crépuscule (19heures), ajoute madame Fatouma Binta Diallo. 

C'est quand -en revenant de la prière- ils ont arrêté notre enfant il est intervenu pour réclamer sa libération. Mais ils ont n'ont pas accepté. C'est ainsi qu'ils sont rentrés dans la cour maison pour arrêter mon époux et trois autres jeunes. Mon mari était à jeûn toute la journée. Il venait juste de rompre le jeûn quand il a été alerté de l'arrestation de notre fils" a-t-elle révélé. 

Elhadj Mouctar Bah, ses trois fils, un jeune de ses voisins ont été conduits au camp Alpha Yaya pour un premier temps, puis déférés à l'Escadron Mobile de Matam, selon toujours Mme Bah Fatoumata Binta.

C'est ici qu'ils nous ont trouvés dans notre maison, ce n'est pas dehors pour dire qu'ils ont appréhendé des jeunes en train de jeter des pierres. Ils sont venus rentrer dans la cour pour les arrêter, seul le jeune qui revenait de la mosquée qui a été arrêté au dehors. Je demande à ce qu'ils soient libérés parce qu'ils n'ont rien fait. Un père de famille, responsable religieux, premier imam de surcroît ne peut s'associer à une affaire de jets de pierres. Elhadj Mouctar ne le fera jamais. C'est pourquoi nous demandons sa libération ainsi que les quatre autres jeunes. Ils n'ont rien fait pour être arrêtés", clame Fatoumata Binta Diallo. 

En plus d'Elhadj Mouctar Bah, les quatre autres détenus sont : Mamadou Saidou Bah, Ibrahima Bah, Bhoye Bah et Ibrahima Diallo. Aux dernières nouvelles, ils auraient été libérés peu avant 16h.

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28

Créé le Samedi 30 juillet 2022 à 17:55