Conakry : Expertise France fait un don de matériels informatiques et de mobiliers au centre de formation judiciaire

Guinée

CONAKRY-Expertise France a fait un don de matériels informatiques et de mobiliers de bureau destinés à équiper le Centre de formation judiciaire de Conakry. La livraison de ces équipements financés par l'Union Européenne, a eu lieu ce vendredi 22 juillet 2022 à la Cour d’Appel de Conakry. Le geste s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la composante « renforcement de la chaine pénale », du projet d'Appui à la Lutte contre la traite des personnes dans 6 pays du Golfe de Guinée.

Ce lot de matériel acquis par Expertise France grâce à l'appui financier de l’Union européenne est composé de 15 ordinateurs bureautiques, des mobiliers de bureau, 2 onduleurs, 1 vidéoprojecteur et des tableaux blancs muraux. Le projet d'appui à la Lutte contre la traite des personnes dans les pays du Golfe de Guinée, a parmi ses objectifs, celui d'accompagner le Ministère de la Justice à travers le renforcement des capacités d'un pool de 60 magistrats, qui seront spécialisés dans les questions de traite des personnes. C’est dans ce cadre, que cet important lot de matériels informatiques et de mobiliers a été remis au Centre de formation judiciaire de Conakry.

La cérémonie de remise a été présidée par la ministre de la promotion féminine, des personnes vulnérables et de l'enfance Aicha Nanette Conté accompagnée par la secrétaire du ministère de la justice Mme Marie HADJIMALIS. Étaient aussi présents, l'Ambassadeur de l'Union européenne en Guinée M. Josep COLL, le conseiller de coopération et d'action culturelle (COCAC) de l'ambassade de France M. Serge GRAZIANI, le représentant pays d'expertise France M. Clovis BATTAGLIA, ainsi que les récipiendaires et leurs responsables.

"En finançant l'ensemble des axes d'intervention du projet d'appui à la lutte contre la traite dans les pays du Golfe de Guinée, nous nous sommes également engagés à renforcer la chaine pénale guinéenne à travers notamment : la formation des Officiers de Police Judiciaire, des Agents de Police Judiciaire et de la Gendarmerie, la réhabilitation et l'extension du service central de protection des personnes vulnérables. Aujourd’hui, nous sommes fiers à la fois de clôturer la formation de 20 magistrats sur la traite et de fournir du matériel informatique ainsi que du mobilier au centre de formation judiciaire qui est un point de départ crucial des magistrats qui sont ou seront appelés à intervenir dans le processus de Lutte contre la traite des personnes en Guinée", a souligné Josep COLL, Ambassadeur de l'Union européenne en Guinée.

Il ajoute que la bibliothèque du Centre sera également réhabilitée à travers des rayons, des étagères et dotée d'une photocopieuse ainsi que d'ouvrages spécifiques en lien avec la traite des êtres humains et les procédures en général.

M. Serge GRAZIANI, conseiller de coopération et d'action culturelle (COCAC) à l'ambassade de France, a quant à lui expliqué toute la satisfaction de l'ambassade de France de voir ce projet se mettre en œuvre grâce au financement de l'Union européenne et grâce au concours d’Expertise France.

"La lutte contre la traite des êtres humains est un problème très complexe et qui fait appel à beaucoup de compétences multiples. C'est un problème qui touche plusieurs pays. Le ministère des Affaires étrangères Français essaye de sensibiliser les magistrats pour pouvoir mieux comprendre et appréhender cette problématique. Ce à quoi servent les différentes formations qui ont été organisées à l'endroit des magistrats", a-t-il dit.

Pour le directeur du centre de formation judiciaire, ce don est une première pour le centre. Un souvenir qu'ils garderont longtemps en mémoire. "Notre joie est grande, ce don de matériels nous aidera à renforcer davantage les capacités d'intervention du centre, et gagner ainsi le pari d'une formation de qualité comme cela a toujours été les vœux du département de la justice", a-t-il déclaré.

Selon Mme Marie HADJIMALIS, secrétaire général du ministère de la justice, dans les semaines qui suivront, le département va lancer le processus de recrutement des auditeurs de justice et des élèves greffiers. Ces équipements leur seront utiles pour leur immersion dans le monde de l'apprentissage.

"L'acquisition des présents matériels facilitera certes aussi bien le travail pour les formateurs que pour les apprenants, les activités de recherche documentaire, l'utilisation de l'internet, la planification et la préparation des enseignements, l'évaluation des élèves, etc" a-t-elle déclaré tout en saluant le partenariat Union européenne et Expertise France. 

La traite des personnes est une réalité en Guinée. Comme le prouvent les derniers rapports du Département d'Etat américain et les nombreux cas documentés, rapportés par les services déconcentrés.  Elle est une forme de criminalité organisée qui constitue de nos jours, l'esclavage moderne. Elle regroupe plusieurs formes d'exploitation dont les plus courantes sont le travail forcé et l'exploitation sexuelle, a expliqué la ministre de la promotion féminine, des personnes vulnérables et de l'enfance.

Cette situation interpelle toutes les composantes de la population ainsi que les autorités à tous les niveaux, à s'engager résolument dans la lutte contre ce fléau. Aussi, a-t-elle dit, il est important de signaler que l'atteinte des résultats exige non seulement une synergie d'actions entre les acteurs impliqués mais aussi et surtout le renforcement de leur cadre juridique ainsi que de leurs capacités d'intervention.

"C'est en cela que je salue l'organisation de la présente cérémonie de remise de ces équipements au centre de formation judiciaire. La remise de ces équipements est une activité majeure du Plan d'action du comité national de lutte contre la traite des personnes dont la mise en œuvre est soutenue par le Gouvernement Guinéen à travers mon département, l'Union Européenne, le Gouvernement Français, l'OIM et le Gouvernement Américain", a déclaré Aïcha Nanette Conté. 

Les magistrats bénéficiaires de la formation sur la thématique de la lutte contre la traite des êtres humains ont pris le ferme engagement d'une évolution positive dans le traitement de la criminalité d'une manière générale et plus spécifiquement la traite des êtres humains, dans les juridictions.

Le projet d'appui à la lutte contre la traite des personnes soutient les autorités et la société civile de 6 pays du Golfe de Guinée (Guinée, Côte d'Ivoire, Ghana, Togo, Bénin et Nigeria) sur différents aspects de la lutte contre la traite des êtres humains à travers la consolidation des capacités institutionnelles et opérationnelles, l’application des lois, la protection des victimes et la coopération régionale.

La traite des personnes est un phénomène International bien que la pratique revête des formes nationales comme de travail forcé, l'exploitation sexuelle et tant d'autres. En Guinée, l'organe en charge de la lutte contre ce phénomène est le Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes et Pratiques Assimilées (CNLTPPA) qui coordonne toutes les Interventions dans le Pays.

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 62 76 28

Créé le Lundi 25 juillet 2022 à 12:51