Crime à Kobaya : La grand-mère de Mariam Touré et des féticheurs déférés…

Conakry
Vue panoramique de Kobaya
Vue panoramique de Kobaya

CONAKRY- M’Mah Soumah, la grand-mère de Mariam Touré, -fillette de 9 ans retrouvée morte dans les toilettes d’une mosquée à Kobaya, secteur 4- et plusieurs autres membres de la famille ainsi que des féticheurs ont été arrêtés puis déférés devant un tribunal de Conakry.

Leur arrestation est intervenue alors que le domicile familial a été incendié vendredi 1er juillet 2022, par une foule en colère qui accuse la famille d’avoir sacrifié la fillette. Ils été ont présentés au Tribunal de Première instance de Dixinn qui a diligenté des enquêtes pour faire la lumière sur ce crime.

Le Chef de secteur 4 du quartier Kobaya que nous avons interrogé a donné quelques détails sur les raisons qui ont poussé les jeunes du quartier à brûler la maison de M'mah Soumah. 

"Ce qui a irrité les gens, -chez nous, lorsque quelqu'un a un décès-, tout le monde se mobilise pour aller présenter les condoléances, compatir aux douleurs de la famille éplorée. Mais pour ce cas-ci, à chaque fois que les gens se rendaient chez elle, la vieille disait qu'elle était couchée chez sa sœur et qu'elle ne pouvait pas sortir là-bas pour recevoir des gens. Une attitude qui éveillé des soupçons », explique ce responsable local.

Il précise également que quand la grand-mère de Mariam Touré a été mise aux arrêts, elle a été envoyée au commissariat central puis déférée au tribunal de Dixinn. En plus de la vieille, d'autres jeunes ainsi que des féticheurs qui étaient là-bas également ont été arrêtés et présentés au tribunal de Dixinn, a précisé Morlaye Camara.

"L’incendie de leur domicile s'est passé au moment où j'étais sur la route pour tribunal pour présenter les papiers que le procureur m'avait demandé. J'ai contacté un autre chef de quartier pour lui demander d’alerter les services de sécurité. Après je suis revenu pour sensibiliser les gens pour leur demander de pardonner et attendre à ce que la justice fasse son travail. Le procureur général s'est engagé à faire la lumière sur ce qui s'est passé tout en rassurant qu'aucun innocent ne sera brimé. Finalement les gens ont quitté les lieux", a précisé le Chef secteur.

Morlaye Camara ajoute : "Le procureur général est venu, on est allé voir le lieu (la mosquée, ndlr) où le corps de la fille a été retrouvé. Après, on a quitté pour aller chez la famille de la victime. Là-bas, le procureur m'a demandé les nouvelles de la grand-mère de la petite, je lui ai répondu qu'elle a été embarquée par les services de service de sécurité. Lui-même a reconnu que c'était à son ordre.

Le procureur a dit qu'il faut que cette affaire soit tirée au clair pour que les responsabilités des uns et des autres soient situées. Il m'a remis cinq millions francs guinéens à remettre à la famille (paternelle) de la défunte. Ce qu’on a fait. Il m'a ensuite instruit d'aller au tribunal de ressort pour qu'on me remette un papier afin de pouvoir récupérer le corps et procéder à son inhumation. C'est ce que j'ai aussitôt fait", a ajouté le chef de secteur. 

Affaire à suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : 00224 666 134 023

Créé le Dimanche 03 juillet 2022 à 12:43

TAGS