Yomou: Des candidates obligées d'ôter leurs "caleçons"?

BEPC
Des candidates au BEPC assises dans leur salle d'examen
Des candidates au BEPC assises dans leur salle d'examen

CONAKRY-Des candidates au brevet d'études du premier cycle (BEPC) ont-elles été obligées d’enlever leur sous-vêtement pour affronter les épreuves au Lycée-Collège de Yomou ? Cette « révélation » faite par le secrétaire général du syndicat national de l'éducation (SNE) fait grand bruit.

Selon Michel Pépé Balamou, suite à la découverte d'un téléphone dans les mains d’un (e) candidat (e) au deuxième jour de l'examen (BEPC), l’ordre aurait été donné que tous les élèves soient minutieusement fouillés. S’il le faut même, pousser les candidat (es) à enlever leurs caleçons.

« Quand on disait aux candidates d'enlever les caleçons et les collants, ça ne veut pas dire que ce sont les surveillants qui le faisaient. On leur a dit d'aller dans les toilettes les enlever et confier au voisinage. Et les filles étaient obligées d'aller dans les toilettes et enlever leurs caleçons. Nous ne pensons que ce n'est pas normal ", a allégué le syndicaliste Michel Pépé Balamou.

Qu'en est-il ? Africaguinee.com a enquêté. Joint au téléphone, le directeur préfectoral de l'éducation par intérim de Yomou a nié ces informations. M. Fassoupé LOUA a apporté des précisions.

"Au troisième jour des évaluations, au sortir de chez le préfet, monsieur le commandant de la gendarmerie m'a appelé pour me dire que ses éléments lui ont rapporté qu'il y avait quelques candidats qui refusaient d'être fouillés. Et lui, le maire et moi on s'est rendus sur les lieux. Comme on avait constaté que les collants qu'elles portaient leur permettaient de cacher des téléphones dedans, les surveillants leur ont dit de se débarrasser de tout à la maison. Quand nous y sommes allés, on leur a demandé d'envoyer deux représentants, les élèves l'ont fait. Ils sont venus nous rencontrer avec les surveillants aussi. Mais on a demandé aux surveillants de les laisser entrer comme ça.  Vers le soir, j'ai vu cette publication mensongère.  Cette allégation est fausse, les faits ne se sont pas passés comme ça. Avant que je ne sois à la DPE, j'ai évolué avec des institutions internationales (UNICEF et PAM), j'étais leur point focal. 

En plus j'ai une cousine qui fait le BEPC, monsieur le maire avait sa fille qui faisait le BEPC, nous ne pouvons pas accepter que de telles pratiques se passent dans notre localité. Je réitère encore que c'est une information fausse. Et d'ailleurs, quand il y a eu cette information, j'ai appelé la directrice de la promotion féminine, de l'enfance et des personnes vulnérables on est allé dans les centres. Au tour du mat, j'ai demandé aux élèves s'il y avait parmi eux un ou des victimes d'injustice ou de frustrés, ou des candidats à qui on a demandé d'enlever leurs dessous, mais aucun élève, aucune fille ne s'est manifestée. Je leur ai même dit, si elles avaient honte, de faire des lettres anonymes et de les adresser à Mme la directrice de la promotion féminine. Jusque-là nous n'avons pas reçu une telle réclamation de la part d'une candidate" a déclaré M. Fassoupé LOUA, directeur préfectoral de l'éducation par intérim de Yomou. 

Un enseignant basé à Yomou qui s'est confié à nous sous anonymat, a aussi démenti l'information selon laquelle des candidates ont été obligées d’enlever leurs caleçons lors du BEPC. Cet encadreur ajoute qu'il a été demandé aux candidates d'enlever leurs soutiens gorges pour les empêcher de faire entrer des documents compromettants ou des téléphones dans les salles d’examen. « Jamais on n’a demandé à une candidate d'enlever son caleçon", a juré cet éducateur.

Plus loin, nous avons réussi à contacter au téléphone deux candidates dudit centre. Clarisse Kpowalmou, candidate au BEPC qui était au centre lycée-collège de Yomou, dément les allégations du syndicaliste. 

"J'étais au centre Lycée-Yomou et mon école d'origine c'est M'Ma Traoré. Dans ma salle, aucune fille n'a été obligée d'enlever son caleçon pour y accéder. Aucun délégué ou surveillant n'a demandé à une élève d'enlever ses sous-vêtements, c'est juste les soutien-gorge qu'on a demandé d'enlever", a expliqué cette candidate.

Gobou Koulémou aussi a fait son BEPC au centre Lycée-Collège de Yomou. Cette candidate aussi  a démenti catégoriquement cette information. "C'est les soutien-gorges qu'on nous a demandé d'enlever et même ça ce n'est pas tout. Nous les avons enlevés dans les toilettes à la présence des femmes surveillantes. En tout cas moi on ne m'a pas demandé d'enlever un sous-vêtement ", a tranché cette autre candidate.

 

Enquête réalisée par Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 610 02 09 39

Créé le Lundi 20 juin 2022 à 15:48