Fraude au BEPC : Des candidats et surveillants visés par des poursuites judiciaires…

Guinée
Guillaume Hawing, ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation s'adressant à des candidats au BEPC à Kindia
Guillaume Hawing, ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation s'adressant à des candidats au BEPC à Kindia

CONAKRY-En Guinée, la justice a décidé d’engager des poursuites contre des candidats au Brevet d'Études du Premier Cycle (BEPC) session 2022, accusés d’être impliqués dans des cas de fraude.

Les parquets des tribunaux de première instance de Mafanco, Dubréka, Dixinn, Coyah et Kindia ont reçus des instructions de la part du parquet Général de Conakry aux fins d’enclencher des poursuites judiciaires pour « fraude aux examens » et « complicité ».

Des cas de fraudes ont été signalés en marge des évaluations au BEPC. Par exemple dans la commune de Matam, un étudiant a été interpellé pour des faits de substitution. Les mêmes faits se seraient produits dans la préfecture de Dubréka, Coyah, Kindia et Ratoma où des surveillants auraient été renvoyés et remplacés.

Lire aussi-Surveillants renvoyés, candidats éliminés : Les premiers couacs signalés au BEPC

Pour déclencher cette procédure, la justice se base sur les dispositions des articles 686 et 687 du code pénal, qui dispose que toute fraude commise dans les examens ou concours publics ayant pour objet l'entrée dans une administration publique, l'acquisition d'un diplôme délivré par l'Etat est punie d'un emprisonnement de 1 mois à 3 ans et d'une amende de 500.000 à 2.500.000 de francs guinéens.

En outre, les mêmes dispositions précisent que quiconque qui se serait rendu coupable de la fraude dans les examens, notamment en délivrant à un tiers ou en communiquant sciemment avant l'examen, à l'une des parties intéressées, le texte ou le sujet de l'épreuve, ou bien en faisant usage de fausses pièces telles que, diplômes, certificats, extraits de naissance ou autres, ou bien en substituant une tierce personne au véritable candidat sera passible à une peine d'emprisonnement de 1 mois à 3 ans et à une amende de 500.000 à 2.500.000 de francs guinéens ou de l'une de ces deux peines seulement.

 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Mardi 14 juin 2022 à 13:31

TAGS