Début des déguerpissements à Mamou : "On casse tout de façon sauvage…"

Moyenne Guinée

MAMOU-A Mamou, les victimes des opérations de déguerpissements des emprises de la route, entamées ce jeudi 2 juin 2022, sont en colère.

Sur ordre du préfet, le colonel Mamady Diallo, les forces de défense et de sécurité, ont débuté les casses des boutiques et magasins ainsi que les bâtiments se trouvant au bord de la route. De la Scierie en passant par la poudrière jusqu’à la conserverie, ils ont rasé tout sur leur passage. Les victimes, ont livré leurs mécontentements au micro de notre correspondant dans la région.

« Moi, je suis un diplômé sans emploi. C’est ici que je me débrouille pour avoir mon petit pain. Mais, ils sont venus pour saccager tout. Ils doivent arrêter ça. Vraiment je suis choqué », a fustigé Boubacar Camara.

Mamadou Lamarana Barry, est conscient de la nécessité de récupérer les domaines de l’État, mais il dénonce la manière dont les opérations sont menées. « Ce matin, on nous a informé que les opérations ont commencé vers la Scierie. On a été là-bas pour constater et on a trouvé que c’est vrai. On n’est pas contre le déguerpissement mais ils doivent le faire de façon plus responsable. Mais, là c’est de façon anarchique et sauvage », a-t-il déploré.

Le secrétaire général de l’union local des travailleurs de Mamou reconnait que le terrain qui abrite sa boutique est un domaine de l’Etat.


« Récupérer les domaines de l’Etat ou libérer la route est tout à fait logique. Ce terrain qui abrite toutes ces boutiques appartient à l’Etat. C’est les préfets qui se sont succédés ici qui ont revendus ces lieux mais de façon non définitive. C’est-à-dire, que l’Etat pouvait récupérer à tout moment », a indiqué Mamadou Saliou Sigon Baldé.

Pour cette première journée, les opérations ont pris fin tout près du gouvernorat dans le quartier Almamya. Demain vendredi 03 juin, elles continueront sur l’axe Conserverie, Petel, jusqu’à 7 kilomètres de la ville.

Il faut rappeler que plusieurs citoyens de Mamou, victimes de ces opérations se demandent aujourd’hui où aller et comment faire pour entretenir leurs différentes familles, suite à ces casses.

 

Habib Samaké

Correspondant Africaguinee.com

A Mamou

Créé le Vendredi 03 juin 2022 à 1:26

TAGS