Guinée : Après la gifle du policier, Bachir Diallo cité dans une autre "bizarre" affaire

Conakry
Bachir Diallo, ministre de la sécurité et de la protection civile
Bachir Diallo, ministre de la sécurité et de la protection civile

CONAKRY-Le ministre de la Sécurité et de la protection civile se serait-il levé du pied gauche ce jeudi 12 mai 2022 ? Après l’histoire de la gifle du policier capitaine Soumah, le Général à la retraite Bachir Diallo fait encore parler de lui. Le patron de la Sécurité des guinéen est cité dans une autre affaire très « bizarre ».

Hier jeudi, en allant au conseil des ministres, le ministre aurait trouvé la route bloquée par les engins des travaux publics pour cause de travaux en cours. Irrité par le retard que cela causait à son cortège, Bachir Diallo aurait instruit à sa garde d'arrêter le responsable de l’entreprise en charge des travaux. Aussitôt dit, aussitôt fait. M. Hu, Chinois responsable de l’entreprise en charge de la reconstruction d'une partie de la voirie au quartier Coleah, a été mis aux arrêts.  Il a passé les dernières 24h au commissariat central de Kaloum. L’ordre reçu était de le garder jusqu'à nouvel ordre. Son matériel de travail a été saisi et déposé au département de la sécurité, nous a-t-on confié.

Informé, l'avocat de M. Hu a cherché à comprendre ce qui est arrivé à son client auprès du commissariat central de Kaloum. Mais, les responsables dudit commissariat lui ont fait comprendre que c'est le ministre Bachir Diallo qui aurait donné instruction de garder le Chinois et que seul lui pouvait donner l'autorisation de le libérer. 

" Je pense que c'est une réaction épidermique du ministre. Hier, en quittant son ministère pour la ville, monsieur Hu était en train de faire les voiries au niveau de Coleyah. Le ministre a trouvé que la route était barrée. Vu que c'est monsieur Hu qui était le responsable, il a ordonné qu'on le prenne et il l'a confié au commissariat central de Kaloum. Tout simplement parce que le ministre a trouvé que son chemin était barré et il n'est pas allé à temps à son rendez-vous. De l'émotion, il a passé à l'action et il a arrêté monsieur Hu.

J'ai été appelé par le conseiller juridique du ministère des infrastructures. Ce matin, je me suis rendu au commissariat central de Kaloum pour savoir de quoi il lui était reproché. Au niveau des services judiciaires on m'a dit que c'est le ministre qui le leur a confié. Pour donc résoudre le problème, il fallait remonter vers le ministre et voir s'ils vont le libérer. C'est ce qui m'a amené vers le ministre de la sécurité.

Très malheureusement quand je suis allé le voir, il y avait d'autres responsables des services centraux de la police qui l'attendaient. On est resté là à attendre et finalement il a quitté son bureau pour aller à la prière et nous laisser là-bas. Et c'est là qu'on a passé des coups de fils à la Présidence. Finalement mon client a été libéré", a relaté Me Christophe KONE.

Cet autre incident est intervenu le même jour que celui de la gifle administrée au Capitaine de police Aboubacar Soumah. Une attitude qui a suscité une vive indignation et des condamnations au sein de l’opinion publique.

 

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tél. : (00224) 655 311 114

Créé le Vendredi 13 mai 2022 à 19:58