Les confidences de Aliou Condé : "Pourquoi l’UFDG a fait front commun avec le RPG arc-en-ciel…"

Guinée
Aliou Condé, Secrétaire général de l'UFDG, membre de l'ANAD
Aliou Condé, Secrétaire général de l'UFDG, membre de l'ANAD

CONAKRY-Alors que le rapprochement entre l'ANAD dirigée par Cellou Dalein Diallo et le RPG arc-en-ciel ex parti au pouvoir, continue de susciter des polémiques, Aliou Condé, Secrétaire Général de l'UFDG a fait une mise au point. Il a répondu aux questions d’Africaguinee.com.

 

AFRICAGUINEE.COM : Qu'est qui a prévalu au rapprochement entre le RPG arc-en-ciel, ses Alliés et l'ANAD ?

ALIOU CONDÉ : Nous sommes dans le cadre de la transition, l'ANAD, le G58 ont toujours plaidé et souhaité que le gouvernement accepte qu'on se retrouve pour lancer un dialogue. Malheureusement, nous n'avons pas eu gain de cause. Et enfin de compte, le CNRD a pris une décision de fixer le chronogramme de la transition à 39 mois alors que la Charte de la transition dit que la durée de la transition allait être fixée de commun accord avec les forces vives. Maintenant, il y a un problème, le pays risque d'avoir des perturbations. 

Chacun de nous avait fait des propositions avant. Le CNRD aussi pouvait faire ses propositions. Maintenant, nous pouvons nous asseoir et discuter d'un chronogramme consensuel. Ce qui n'a pas été le cas. Nous avons dénoncé par une déclaration, le RPG arc-en-ciel en a fait de même. Donc, la plupart des coalitions ont dénoncé pour dire qu'ils n'étaient pas d'accord. A partir du moment où ils n'étaient pas d'accord avec le chronogramme annoncé par le CNRD, il y avait un point commun : c’est celui de pas être d'accord avec les 39 mois. S’ils ne sont pas d'accord avec les 39 mois, c'est normal qu'ils se retrouvent et décident ce qu'il faut pouvoir faire pour qu'il y ait un chronogramme qui soit issu d'un commun accord entre le CNRD, les partis politiques. Il n’y a rien de plus simple que ça. Cela ne veut pas dire que tous les problèmes du passé sont oubliés, effacés ou annulés. 

Pour certains de vos partisans ce rapprochement est une « insulte » à la mémoire des victimes du régime d’Alpha Condé. Que répondez-vous ?

Nelson Mandela, quand il a été élu Président de l'Afrique du Sud, il avait son garde du corps qui était toujours avec lui, mais, il a dit à ce dernier qu'il va amener quelqu'un qui va l'aider. Il a pris un garde du corps blanc du Président sortant de l'Afrique du Sud. Son garde du corps s'est fâché et a dit : c'est les gens qui nous ont tués, nous ont mis en prison comment tu peux prendre ce garde du corps là et l’amener auprès de toi encore ? Et tous ceux qui sont morts, qu'est-ce que tu penses d'eux ?

Mandela lui a répondu : Qu'est-ce que tu veux ? Que je sois mort ou en vie ? Il a dit :  je veux que vous soyez en vie. Mandela lui a répondu alors : " le travail que je t'ai confié, tu ne l'as pas appris, tu ne l’as pas maîtrisé, qu'est-ce qu'il faut faire ? J'ai pris quelqu'un qui sait ce qu'il faut faire, qui connaît le travail, il va venir faire le travail, te former et comme ça tu vas continuer à me défendre ". Et, c'était les blancs qui les tuaient. Finalement le monsieur est resté avec eux. Il nous a inspiré de l'histoire. 

Ce n'est pas parce que le RPG et l'UFDG n'étaient pas d'accord hier et qu'aujourd'hui, il y ait un danger commun qui nous menace, que nous ne pouvons pas nous asseoir pour faire face à ce qui arrive. Donc, voilà la raison pour laquelle nous acceptons de faire front commun. Après tout, on est des frères. Quand on a un problème et qu'il y a une urgence, on s'occupe de l'urgence. Et après, nos problèmes on verra comment on les règle. De toutes les façons, nous sommes des Guinéens, nous sommes appelés à nous retrouver. 

Donc, aujourd'hui se rejeter n'est pas la solution aux problèmes. C'est ce que Nelson Mandela a enseigné aux Africains. Tout le monde sait que Nelson Mandela a continué à travailler avec les blancs qui les ont massacrés. Tous les massacres de Soweto, et lui il a fait combien de temps en prison ? C'est les blancs qui l'ont mis en prison. 

Il faudrait que les gens se ressaisissent. Ce n’est pas avec l'émotion qu'on construit l'avenir d'un pays. On construit l'avenir d'un pays avec la raison mais aussi avec la réunion de tous ses fils. Pourquoi la Guinée est en retard ? Parce que jusqu'à présent nous n'avons pas travaillé dans la réunification des Guinéens. 

Vous avez la première République, vous avez un clivage qui est net au sein de la population, certains ont été rejetés et massacrés, la deuxième République la même chose etc. Aujourd'hui, notre génération (nous sommes en train de partir) mais vous (nouvelle génération) devez faire en sorte que la Guinée ne revive plus ce qu'elle a vécu. C'est ce travail qu'on est en train de faire. Et ça passe par des dialogues, comme celui-là, pour dire qu'on a un intérêt commun. Alors, mettons-nous ensemble pour défendre cet intérêt en commun. Le reste, ça viendra.

Comment vous vous êtes sentis en voyant cette délégation du RPG arc-en-ciel entrer au siège de l’UFDG ?

J'ai revu des frères avec lesquels on ne s’entendait pas hier. Je me suis dit que c'est déjà un premier pas et que c'est positif, mais le plus dur reste à venir.

 

Interview réalisée par Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 655 311 114 

Créé le Jeudi 12 mai 2022 à 19:02