Adoption du chronogramme de la transition : Le Gouvernement "prend acte" et apporte des précisions

Guinée
Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement de transition
Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement de transition

CONAKRY-Le Gouvernement guinéen a pris acte, ce mercredi 11 mai 2022, de l’adoption par le Conseil national de transition (CNT) d’une résolution fixant le délai pour le retour à l’ordre constitutionnel à 36 mois.

Ousmane Gaoual Diallo, son porte-parole, a toutefois précisé que la durée pour le retour à l’ordre constitutionnel ne débutera qu’à partir de la promulgation de la Loi. En clair, les huit mois (bonus) de pouvoir exercés par la junte ne seront pas « comptabilisés » dans ces 36 mois

« Nous prenons acte de cette résolution qui a été adoptée par le CNT et qui a l’avantage de regrouper l’ensemble des forces vives et le CNRD. Il est important aussi que les médias et les populations comprennent que notre pays est en transition depuis le 05 septembre. C’est maintenant seulement qu’on vient d’adopter la durée nécessaire pour le retour à l’ordre constitutionnel.

Il ne faut pas donc confondre l’ouverture de la transition et le délai nécessaire pour le retour à l’ordre constitutionnel qui vient d’être fixé à 36 mois. La transition, a commencé à partir du 05 septembre, alors que le délai pour le retour à l’ordre constitutionnel, c’est à partir de la promulgation de la Loi qui ne peut disposer pour le passé », a déclaré Ousmane Gaoual Diallo, après l’adoption de la résolution par le CNT.

Peu avant l’adoption du chronogramme par le CNT, le G58 composé de l’UFDG, l’UFR entre autres, le RPG arc-en-ciel et ses alliés ont dans une déclaration ont réaffirmé leur rejet par rapport au délai de la transition. Ils exigent l’ouverture d’un dialogue inclusif sous l’arbitrage de la Cedeao. Le porte-parole du Gouvernement assure que les autorités sont ouvertes au dialogue.  

« Nous sommes toujours ouverts. Le CNRD ne peut pas se fermer au dialogue avec des acteurs politiques. Les démarches nécessaires seront entreprises et poursuivies pour faire en sorte que les guinéens se parlent et s’accordent sur un minimum de choses et que notre pays retrouve la voie de la sagesse », a répondu Ousmane Gaoual Diallo.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 11 mai 2022 à 20:54