Évolution du fichier électoral : les "faits" au-delà des commentaires…

Guinée
Image d’illustration
Image d’illustration

CONAKRY-En Guinée, depuis la publication du chronogramme de la transition fixé à 39 mois par la junte, la question du fichier électoral fait débats.

Alors que les autorités de la transition envisagent l’établissement d’un nouveau fichier électoral, certains acteurs politiques dénoncent une mesure dilatoire pour gagner du temps.

Pour ces détracteurs, l’actuel fichier (qui a pourtant été longtemps décrié), peut valablement servir de base pour l’établissement d’un nouveau fichier et aller aux élections.

C’est le cas de l’UFDG et de l’ANAD qui a proposé un délai de 15 mois pour aboutir au retour à l’ordre constitutionnel.

Ce que Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du Gouvernement, juge impossible, affirmant que lui et plusieurs autres personnes en ont souffert dans leur « chair » à cause de ce fichier. D’autres d’ailleurs en ont fait le sacrifice ultime, relève-t-il.

Au-delà des polémiques que disent les chiffres ? Comment le fichier électoral a-t-il évolué ces dix dernières années ? Explications.

Depuis 2010, le fichier électoral Guinéen a connu beaucoup de changements dont l’analyse permet de découvrir les carences et les performances. Une étude comparative montre que le ratio Électorat / Population qui était de 43% en 2010 et a été ramené à 42% en 2020.

Ce qui, selon certains acteurs politiques, est conforme aux standards régionaux. Pour eux, le fichier électoral de 2020 est raisonnablement acceptable et peut valablement servir de base pour l’établissement d’un nouveau fichier électoral. Plus de détails avec le tableau ci-dessous.

Créé le Dimanche 08 mai 2022 à 9:56