Répression des délits économiques : Où en est le dossier des cadres incriminés?

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-Le 23 décembre dernier, le parquet du tribunal de première instance de Kaloum a été saisi de cinq dossiers impliquant de hauts dirigeants d'entités étatiques, soupçonnés de détournements présumés de fonds publics.

Le procureur de la République près cette juridiction Alpha Sény Camara avait cité des noms tout en annonçant que des juges d’instruction avaient été commis pour instruire ces dossiers dans le fond alors que l'Agence judiciaire de l’Etat a recensé 75  dossiers. Où en est concrètement la procédure ? Interrogée par Africaguinee.com, une source proche du dossier a apporté des précisions.

Lire aussi-Exclusif : découvrez la liste des entités étatiques soupçonnées de "détournement"

« Concernant les 5 premiers dossiers, des juges d'instruction sont déjà saisis. Et il y avait même eu les premières convocations pour certains dossiers. Mais avec le dernier mouvement du personnel judiciaire, surtout au TPI de Kaloum qui avait ces dossiers, ça eu un impact. Par exemple, le doyen des juges d'instruction, Sékouba Condé a été remplacé par M. Konomou. Au parquet, le procureur aussi a été remplacé et le juge Bama a été également remplacé.

Donc, il va falloir que tous les nouveaux magistrats promus puissent prendre fonctions. C'est ce qui a causé ce retard. Mais le Ministre a pris une circulaire leur demandant tant à Conakry qu'à l'intérieur du pays de tout faire pour que les passations puissent prendre fin au plus tard le 21 janvier 2022 », a confié une source proche de dossier.

Lire aussi-Détournements présumés de fonds publics : le procureur Sény Camara cite des noms…

En attendant, apprend-on au niveau de l’Agence judiciaire de l’Etat le travail continue. D’autres dossiers pourraient être transférés dans les prochains jours au tribunal. « C'est un travail méticuleux. Il est question de liberté des personnes, on ne s'amuse pas avec. », précise une source proche de l’agence.

Lire aussi-Répression des "crimes" économiques : Mamadi Doumbouya meuble la CRIEF…

Le travail de vérification se fait plusieurs niveaux. Pour ça, nous explique-t-on, des sous commissions travaillent de façon pointue. Les résultats obtenus sont présentés en plénière. Tout ce processus vise à éviter des abus.  

« Nous travaillons de façon méticuleuse pour ne faire du tort à personne. Mais après vérification, si on se rend compte qu'il y a des soupçons sérieux, on prépare le dossier et on l'envoie au tribunal », précise notre informateur.

A noter que les personnalités citées dans ces dossiers sont accusées de "détournements de fonds publics, faux et usage de faux, faux en écriture". L'affaire est toujours pendante devant le TPI de Kaloum où l'instruction se poursuit.

Affaire à suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 12 janvier 2022 à 17:38

TAGS