Organisation des élections en Guinée : Révélations choc sur des "magouilles" de la CENI…

Guinée
Siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)
Siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)

CONAKRY-La commission électorale nationale indépendante (CENI) n’a toujours fini de faire parler d'elle. Cette institution au coeur de toutes les controverses politiques, en plus d'être accusées d'être une "grosse" machine à fraude, sa gestion calamiteuse vient d'être mise à nue. Elle n'a toujours pas fini de solder ses factures par rapport à des prestations effectuées dans le cadre des élections controversées de 2020.

Alpha Condé, à l’époque président, imbu d’un orgueil souverainiste avait refusé d’accepter l’aide financière des partenaires techniques et financiers. Conséquences, après les élections la Guinée s’était retrouvée face à une situation de déficit sans précédent.

Cette crise provoquée par la saignée financière électorale a plongé le pays dans une situation de dèche totale. Au point qu’au lendemain de sa réélection, Alpha Condé s’est inscrit dans une série de mesures économiques impopulaires : hausse des impôts et taxe, hausse du carburant.

Jusqu’aujourd’hui, l’organe électoral, la CENI qui a été dissoute d’ailleurs par le CNRD, n’a pas fini de solder ses factures. C’est par exemple le cas des « imprimés lors des élections ». Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a révélé des magouilles incroyables.

« il y a plus de 11 sociétés qui ont les mêmes contrats pour faire le même travail dans les mêmes localités pour la Ceni. La plus petite facture desdits contrats est de 1, 6 millions Usd. J’ai reçu, il y a 6 jours de DHL qu’une compagnie chinoise a postée pour réclamer son argent. On a 33 démembrements de la Ceni dans les 33 préfectures du pays. (…)

Le contrat de location du siège du démembrement de la Ceni à Dalaba est de 76 millions Gnf par mois alors que tout le monde est unanime que le coût de location à Dalaba est relativement le plus bas dans tout le pays », révèle Mory Condé qui précise que l’Etat guinéen doit débourser encore 52 milliards Gnf pour faire face à des dépenses de fonctionnement de l’ancienne Ceni.

Le bâtiment qui abrite l’ancienne Ceni était payée à 65 mille euros soit 650 millions Gnf par mois, révèle le ministre.

"Ce bâtiment appartient à des Guinéens qui ont occupé des hautes fonctions au sein de l’Administration publique. Quelque part, on crée des saignées financières au niveau de l’État pour assouvir des intérêts personnels. Lorsque j’ai demandé au président du Cnrd de me permettre de résilier le contrat de location du bâtiment abritant la Ceni, deux jours après, j’ai reçu la notification que le bailleur en question était prêt à ramener à 40 mille euros soit 400 millions. Entre le 5 et le 10 septembre, on a reçu à obtenir un rabais de 250 millions Gnf", révèle Mory Condé.

En ce qui concerne le personnel, la Ceni a présenté un effectif de 900 et quelques alors que ces cadres qui se font appeler des techniciens sont tous des fonctionnaires du Ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, payés à la fonction publique.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 12 janvier 2022 à 9:50

TAGS