Mali : l’étau se resserre davantage autour d’Assimi Goita…

Afrique
Colonel Assimi Goita président de la transition malienne
Colonel Assimi Goita président de la transition malienne

CONAKRY-Acculé par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le chef de la junte militaire au Mali fait face à de nouvelles pressions.

Le colonel Assimi Goita qui s’est dit ouvert au dialogue tout en dénonçant des sanctions « inhumaines » prises contre son pays par les dirigeants de l’UEMOA et la Cédéao, a désormais la communauté internationale sur son dos.

Après Washington qui a annoncé son soutien à la décision de la CEDEAO d'imposer des sanctions économiques et financières supplémentaires contre Bamako, Paris et Bruxelles se sont inscrits dans la même démarche.

Emmanuel Macron qui assure la présidence tournante de l’Union Européenne a déclaré mardi que les pays de l’UE sont totalement solidaires de la CEDEAO.

« L’UEMOA et la Cédéao ont donné une position très claire et ferme avec des sanctions inédites pour un pays de la région qui marque la condamnation profonde des dérives de la junte militaire. Nous soutenons cette position de l’UEMOA et de la Cédéao », a déclaré le président français lors d’une conférence de presse à Paris.

D'ici à la fin du mois, il y aura une réunion formelle des ministres européens des affaires étrangères pour que l’Union européenne puisse accompagner cette décision de sanctions contre Bamako.

« Nous sommes totalement solidaires de la région et de la position très courageuse et claire qui a été exposée dimanche », a réitéré M. Macron sur Rfi. 

Cette position vient conforter la CEDEAO dans ses actions alors que les autorités maliennes bien que « favorable au dialogue » avertissent qu’elles ne se plieront pas au diktat de l’extérieur.

 Déjà groggy par une décennie d’instabilité, le Mali avec cet embargo risque de plonger dans une asphyxie totale.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 12 janvier 2022 à 11:27