Les vérités de Kouyaté : "On n’a pas demandé au soussou, au peulh ou au malinké si…"

Guinée
Lansana Kouyaté, leader du PEDN
Lansana Kouyaté, leader du PEDN

CONAKRY-A peine rentré en Guinée l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté, a abordé un sujet délicat : le vivre-ensemble.  Alors que la junte annonce des assises nationales sur la réconciliation cette année, le président du parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) appelle à lire le livre de l’histoire pour savoir ce qui s’est passé avant de tourner les pages. Convaincu que la Guinée est une famille, l’ancien diplomate exhorte les guinéens à la tolérance.

« Il n’y a pas un système qui a été plus abject en Afrique que l’apartheid. Desmond Tutu m’a dit qu’il ne faut jamais fermer un livre, il faut lire avant de tourner la page. Si on a ce courage de nous assoir, dialoguer pour savoir ce qui s’est passé, peut-être que la haine qui est aujourd’hui là va se calmer. Il y a beaucoup qui parlent qui ne savent pas. Quelque soit les préjugés qu’on a, cette Guinée ne peut-être qu’une famille. Le bon Dieu n’a demandé personne d’entre nous comment doit être la famille dans laquelle il est issue (…).

Lire aussi-Guinée : les coordinations régionales émettent de sérieuses réserves sur une annonce phare de la junte

On n’a pas demandé au soussou s’il veut être avec les peulhs, on n’a pas demandé au peulh s’il veut être avec les malinkés, on n’a pas demandé au malinké s’il veut être avec les kissis, les kpelés, les kourankos…bref tout ce qui compose l’essence de notre pays. Chacun de nous doit apporter sa pierre pour bâtir une Guinée nouvelle où il ne sera pas effrayant de vivre », lance Lansana Kouyaté.

Il appelle à se tourner vers l’avenir tout en retenant ce qui a été fait de bon et de mauvais par le passé pour éviter aux générations futures de commettre les mêmes erreurs. Pour l’ancien premier ministre, la Guinée est à un tournant de son histoire. « On ne regarde pas derrière quand on veut marcher. Devant il y a bonheur que vous recherchez. Derrière, il y a ce que vous avez vécu de douleurs. Si vous vous mettez à trop regarder en arrière, vous n’allez jamais rattraper le bonheur que vous avez souhaité pour votre peuple », indique Lansana Kouyaté.

A suivre…

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 12 janvier 2022 à 15:09